Les revenus de Postmedia Network Canada ont été réduits du quart lors du plus récent trimestre, le déclin des revenus publicitaires s’étant accéléré avec la pandémie, mais le propriétaire de la plus grande chaîne de journaux du Canada a indiqué qu’il serait en mesure d’interrompre son programme de réduction des salaires un mois plus tôt que prévu grâce à l’aide gouvernementale.

Aleksandra Sagan
La Presse canadienne

« Les résultats de notre troisième trimestre témoignent de l’impact de la quasi-paralysie de l’économie attribuable à la pandémie de COVID-19 », a observé jeudi le président et chef de la direction de Postmedia, Andrew MacLeod, dans un communiqué.

Le propriétaire du « National Post » et d’autres publications a affiché une perte nette de 13,8 millions, soit 15 cents par action, pour le trimestre clos le 31 mai, alors que sa perte avait été de 7,7 millions, ou 8 cents par action, pour la même période l’an dernier.

Ses revenus ont reculé à 112,4 millions, en baisse de 44,6 millions, ou 28,4 %, par rapport à ceux de 157,1 millions du même trimestre l’an dernier.

Les revenus publicitaires des médias imprimés ont reculé de 23,7 millions, soit 36,6 %, à environ 41 millions au plus récent trimestre, tandis que les revenus numériques ont diminué de 10,7 millions, ou 32,5 %, à environ 22 millions. Les revenus publicitaires numériques ont cédé 37,7 % et les revenus liés aux tirages imprimés ont retraité de 10,5 %.

Au cours du trimestre, les déclins des revenus publicitaires se sont « accélérés » à cause de la pandémie, a indiqué l’entreprise, soulignant qu’elle continuait à travailler pour s’ajuster à l’environnement actuel, plus difficile.

Postmedia s’est concentrée sur la sécurité de ses employés, ainsi que sur la sauvegarde de ses liquidités, limitant ses coûts et tentant d’obtenir l’appui du gouvernement, entre autres choses, a indiqué M. MacLeod.

La société torontoise a indiqué avoir réduit de 26,2 % ses dépenses d’exploitation, en ne tenant pas compte des dépréciations, de l’amortissement et des frais de restructuration, pour le trimestre clos le 31 mai.

Cela comprend l’impact des mesures mises en place au cours du trimestre, qui devraient se traduire par des économies de coûts annualisées d’environ 8 millions, estiment les dirigeants de Postmedia.

La société a demandé la subvention salariale fédérale et a reçu 20,4 millions jusqu’à maintenant. Le gouvernement a depuis annoncé une prolongation de 12 semaines au programme et Postmedia a indiqué qu’elle était admissible à la subvention au moins pour les quatre premières semaines de cette prolongation.

La société a procédé à deux rondes de mises à pied plus tôt dans la pandémie, et elle a mis en place un programme de réduction des salaires pour la plupart de son personnel.

À la fin avril, Postmedia a mis à pied temporairement environ 50 employés. Elle a aussi mis fin à la publication de 15 journaux communautaires au Manitoba et en Ontario, ce qui a entraîné la disparition de 30 emplois.

À la fin mai, elle a mis à pied environ 40 employés syndiqués.

En avril, la société avait réduit les salaires de ses employés qui gagnent plus de 60 000 $ par année d’entre 5 % et 30 %. À l’époque, elle avait estimé que les baisses de salaires temporaires dureraient au moins trois mois, après quoi elles seraient réévaluées.

« Nous sommes ravis d’annoncer que nous lèverons la baisse temporaire des salaires un mois plus tôt que prévu, rétroactivement au 6 juillet 2020 », a indiqué Postmedia dans un communiqué.

Elle a attribué cette situation aux programmes gouvernementaux qui ont soutenu l’entreprise et au travail « exceptionnel » de ses équipes pour contenir les coûts et conserver les liquidités.

Entreprise dans cette dépêche : (TSX : PNC. A)