Le Fonds de solidarité FTQ a investi pour une troisième fois dans l’entreprise montréalaise Repare Therapeutics, mais cette fois lors de son premier appel public à l’épargne vendredi dernier au NASDAQ.

Isabelle Dubé Isabelle Dubé
La Presse

Ce sont 8,2 millions de dollars qui viennent s’ajouter aux 9,75 millions que le Fonds de solidarité FTQ avait injectés en 2017 et 2019 au moment de deux rondes de financement. Comme la capitalisation boursière de Repare Thépareutics dépasse déjà la barre des 1,1 milliard $ US, les actionnaires épargnants seront heureux d’apprendre que l’investissement de départ s’est multiplié pour atteindre environ 77 millions de dollars canadiens. La clôture du premier appel public à l’épargne a eu lieu ce mardi et la valeur de l’action a terminé à 32,95 $ US.

« C’est un bon coup, s’est réjoui Didier Leconte, vice-président aux investissements en sciences de la vie et gestion des fonds pour le Fonds de solidarité FTQ. On ne peut pas transiger le titre pendant une certaine période. Or on essaie d’être patient jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose. »

Créée en 2016, Repare Therapeutics compte 52 employés à Montréal et 20 à Boston. L’entreprise de biotechnologie travaille à la mise au point de nouveaux médicaments contre le cancer. Elle compte utiliser les 220 millions $ US de son appel public à l’épargne pour financer, entre autres, des essais cliniques de phase 1 et 2, qui auront lieu au cours du troisième trimestre de 2020, pour un produit qui s’appelle RP-3500, un inhibiteur de l’ATR, (ataxie-télangiectasie et Rad3).

Didier Leconte a expliqué lors d’un entretien téléphonique que la stratégie du Fonds de solidarité FTQ n’est pas de tout vendre au final, mais de générer un montant appréciable pour les épargnants tout en conservant des titres pour participer au développement des entreprises en biotechnologie.

« Notre idée, c’est que si on frappe un médicament qui ensuite est commercialisé, on aimerait qu’il y ait une entreprise Repare avec des centaines d’employés au Québec, dit-il, comme on a avec Medicago dans la ville de Québec. Ce serait bénéfique pour l’industrie, pour l’économie et pour le talent en développement de médicament qui existe ici. »

Repare Therapeutics est la quatrième entreprise cotée en Bourse en 4 ans dans laquelle investit le Fonds de solidarité FTQ.

En 2017, le Fonds avait misé sur Zymeworks, une entreprise étrangère qui a des activités au Québec, puis sur deux québécoises, Clementia en 2018 et Milestone en 2019, qui n’ont toutefois pas donné les résultats escomptés.

« Ça toujours été un secteur très risqué, reconnait Didier Leconte, mais étant donné les montants qu’on déploie, c’est de l’ordre de 100 millions par an, si ça ne générait pas de rendement selon les attentes des épargnants, on ne ferait pas d’investissements aussi risqués. »

Depuis 30 ans, le Fonds de solidarité FTQ a investi 1,6 milliard de dollars pour appuyer le secteur québécois des sciences de la vie.