(Halifax) Une usine de pâte à papier inactive de la Nouvelle-Écosse a annoncé vendredi avoir reçu une « ordonnance initiale » lui accordant une protection contre ses créanciers alors qu’elle tente de restructurer ses finances et ses activités.

Michael Tutton La Presse canadienne

Paper Excellence Canada a indiqué vendredi que sa filiale Northern Pulp avait déposé une demande en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) afin de préserver la valeur de ses actifs et de se donner le temps nécessaire pour explorer différentes options en vue d’un redémarrage de l’usine.

L’usine de pâte à papier, qui était opérationnelle depuis 1967, a cessé sa production le 31 janvier, après que la province a rejeté sa demande de continuer à déverser ses effluents traités dans un bassin de rétention à Boat Harbour, en Nouvelle-Écosse, près de la communauté autochtone de Pictou Landing.

Northern Pulp a maintenu l’usine en hibernation, ce qui, selon elle, lui permettra de rouvrir ses portes dans l’éventualité où une proposition pour une nouvelle installation de traitement des effluents devait recevoir les approbations environnementales nécessaires.

Cependant, la semaine dernière, la société a déposé un appel auprès de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse concernant un arrêté ministériel émis pour la gestion du site.

Paper Excellence avait fait valoir que l’ordonnance imposait des modalités et conditions « impraticables » et témoignait d’un « manque de compréhension de l’industrie des pâtes et papiers et des installations de traitement des effluents ».

L’arrêté, émis par le ministre de l’Environnement, Gordon Wilson, énonçait les exigences relatives à la collecte et à l’élimination des eaux pluviales et des lixiviats de décharge du site.

Le vice-président de l’environnement, de la santé, de la sécurité et des communications de Paper Excellence,

Graham Kissack, a affirmé vendredi dans un communiqué que l’entreprise souhaitait toujours poursuivre ses activités en Nouvelle-Écosse.

Dans le cadre de la demande en vertu de la LACC, la firme EY a été nommée contrôleur pour superviser les procédures et faire rapport au tribunal.

Le communiqué indique que Northern Pulp continue d’être exploitée par la direction existante.

La province a récemment annoncé qu’elle fournissait un maximum de 10 millions en vertu d’une entente avec Northern Pulp pour aider au nettoyage du site.

La province a déclaré que l’argent représentait environ la moitié du coût des travaux et couvrirait l’enlèvement du lixiviat, le déclassement des tuyaux d’effluents et le nettoyage des fossés et des bassins d’aération sur le site. Elle a ajouté que les travaux devraient être terminés d’ici le 30 juin 2021.

La province est propriétaire de la canalisation qui va de l’usine au bassin de rétention maintenant fermé.