La Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) a décidé d’abandonner pour de bon les éditions papier en semaine de ses six quotidiens régionaux et prévoit se tourner vers un modèle payant à l’automne.

La Presse canadienne

En faisant le point sur son « plan d’affaires », vendredi, la coopérative a indiqué que l’édition papier du samedi allait continuer d’être publiée, mais dans une « nouvelle formule magazine ».

CN2i, qui a repris les six quotidiens à la suite du naufrage de Groupe Capitales Médias, avait décidé de cesser la publication des versions papier dans le contexte de la pandémie de COVID-19, qui a eu un impact sur les revenus publicitaires. Ceci est désormais permanent.

Les coopératives regroupées au sein de CN2i publient Le SoleilLe DroitLe NouvellisteLe Quotidien-Le ProgrèsLa Tribune ainsi que La Voix de l’Est.

Le « plan d’action », qui a été « adopté à l’unanimité après une vaste consultation de tous les employés », permettra à 50 des 140 employés mis à pied à la fin mars de revenir au travail. Par voie de communiqué, le directeur général de CN2i, Stéphane Lavallée, a souligné que les orientations de la coopérative « correspondent réellement à la façon dont les gens consultent l’information ».

« Lorsque le déploiement du plan sera complété dans les prochaines semaines, le groupe des six médias comptera environ 300 employés, dont plus de 170 personnes dédiées à la création et à la diffusion de contenus », est-il précisé dans le communiqué.

La coopérative a aussi annoncé qu’à compter de l’automne, un service d’information payant sera déployé sur les plateformes numériques. La version imprimée du samedi sera vendue par l’entremise d’abonnements et en kiosques. Les abonnés auront accès à sa version numérique gratuitement.

Le président du conseil d’administration de CN2i, Louis Tremblay, a pour sa part fait valoir que l’approche de la coopérative constitue le meilleur moyen « d’assurer la viabilité à moyen et long termes des médias de proximité de notre groupe ».