Un important site canadien de cryptomonnaies Quadriga CX s’est effondré en raison d’une escroquerie de type Ponzi mise en place par son défunt patron, faisant perdre des millions de dollars à ses clients, ont conclu les autorités canadiennes.

Agence France-Presse

En février 2019, Quadriga CX, basée à Vancouver, avait été placée sous la protection de la loi sur les faillites après la mort soudaine de son jeune PDG, Gerald Cotten, qui avait rendu inaccessibles des millions de dollars en cryptomonnaies.

Sa veuve, Jennifer Robertson, avait affirmé qu’il était le seul à connaître les codes permettant d’y accéder, ce qui avait empêché les clients de une partie de l’argent.  

« Quadriga s’est effondré en raison d’une fraude commise par M. Cotten », a déclaré la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario, dans un communiqué publié jeudi, pointant la mise en place d’un « système de Ponzi » par le défunt PDG de l’entreprise.

Selon le schéma classique de la pyramide de Ponzi, les premiers souscripteurs sont rémunérés grâce à l’argent des nouveaux investisseurs, jusqu’à l’épuisement du mécanisme.

« L’effondrement de Quadriga en 2019 a entraîné des pertes massives pour 76 000 clients du Canada et du monde entier, qui ont perdu au moins 169 millions de dollars au total », a précisé la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario.  

Cet organisme chargé de la réglementation du secteur a rendu public jeudi les conclusions d’une enquête de dix mois.

« La majeure partie des 169 millions de dollars de pertes subies par les clients, soit environ 115 millions de dollars, provenait du commerce frauduleux de M. Cotten », ont estimé les enquêteurs, qui ont précisé que des millions de dollars servaient à « financer son train de vie luxueux ».  

L’ancien PDG Gerald Cotten, âgé de 30 ans, est mort des suites de complications de la maladie de Crohn lors d’un voyage humanitaire en Inde le 9 décembre 2018.

La société, présentée comme la principale plateforme de cryptomonnaies au Canada, permettait d’échanger bitcoin, litecoin et etherum.