Les Québécois pourront s’attabler de nouveau au restaurant. Les établissements en région reprendront leurs activités dès le 15 juin, suivis de ceux de la Communauté métropolitaine de Montréal la semaine suivante. Mais à quoi la nouvelle expérience au restaurant ressemblera-t-elle ?

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

Quand pourrons-nous retourner au resto ?

Les établissements situés à l’extérieur de la Communauté métropolitaine de Montréal, de la municipalité régionale de comté (MRC) de Joliette et de la municipalité de L’Épiphanie pourront accueillir les clients dans leurs salles à manger et sur leurs terrasses à partir de lundi prochain, le 15 juin. Les autres pourront en faire autant une semaine plus tard, le 22 juin. Cette autorisation vise aussi bien les restaurants que les bars qui ont un permis de préparation des aliments. « Le bar peut opérer dans la mesure où il est dans un environnement de restauration. Ce que nous autorisons aujourd’hui [lundi], c’est l’activité de restauration », a précisé le ministre du Travail, Jean Boulet. Donc, même si le permis détenu par les bars leur permet normalement de servir de l’alcool seul, ils devront, dans le cadre de cette réouverture, servir l’alcool en accompagnement de la nourriture.

De quoi auront l’air les serveurs ?

En l’absence d’une distance minimale de deux mètres et d’une barrière de protection, le personnel devra porter un masque de procédure et une protection oculaire (lunettes de protection ou visière recouvrant le visage jusqu’au menton) fournis par l’employeur, prévoit la Commissions des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). La distance de deux mètres s’applique aussi bien avec les clients qu’entre employés. La CNESST recommande de porter ces équipements de protection de façon prolongée plutôt que de les retirer et de les remettre à répétition. Les « échanges d’objets avec les clients » devront aussi être limités, par exemple avec des menus présentés sur des ardoises ou des écrans. « Ce sera une nouvelle expérience, on en convient tous, pour tout le monde, mais elle se tiendra dans un contexte sécuritaire », a souligné le ministre Boulet.

Pourra-t-on encore se servir soi-même ?

Non. Les établissements qui veulent offrir un buffet, un bar à salades, un bar à pain ou tout autre comptoir de distribution d’aliments ou d’ustensiles devront prévoir des employés pour servir les clients. Et si la distance de deux mètres est impossible à respecter et qu’il n’y a pas de barrière physique, les employés devront porter les équipements de protection prévus (lunettes de protection ou visière recouvrant le visage jusqu’au menton, et masque de procédure).

Qu’est-ce qui aura changé dans le décor ?

À l’intérieur comme à l’extérieur, les tablées devront être séparées par une distance de deux mètres ou par une séparation physique. Les tables, chaises, menus et cabarets devraient être désinfectés entre chaque client, recommande la CNESST. Autrement, les clients retrouveront des éléments semblables à ce qu’ils voient déjà dans les magasins (distributeurs de désinfectant à mains, personnel pour gérer l’accès et la file d’attente, marquage au sol pour identifier les points distants de deux mètres et le sens de la circulation, etc.).

Pourra-t-on manger au centre commercial ?

Les centres commerciaux qui ont le droit d’être ouverts pourront accueillir la clientèle dans leurs aires de restauration communes, à condition que celles-ci aient été aménagées selon les conditions posées par la Santé publique. Les centres commerciaux de l’extérieur de Montréal et de Joliette ont eu l’autorisation de rouvrir le 1er juin, mais aucune date n’a été annoncée pour les autres.

Tous les clients seront-ils les bienvenus ?

Ceux qui présentent des symptômes associés à la COVID-19 seront obligés de reporter leur visite. De même, si le client d’un traiteur ou d’un chef à domicile présente des symptômes, le service devra être reporté ou annulé. Les employés qui présentent des symptômes seront aussi informés de ne pas se présenter. S’ils sont déjà au travail, ils devront être isolés immédiatement et retirés du milieu.