(Washington) Adidas a promis mardi que 30 % des nouvelles embauches aux États-Unis seront des personnes noires ou d’origine latino-américaine, sur fond de manifestations antiracistes dans tout le pays depuis près de 15 jours.

Agence France-Presse

« Les évènements de ces 15 derniers jours nous ont tous forcés à réfléchir à ce que nous pouvons faire pour nous opposer aux forces culturelles et systémiques qui nourrissent le racisme », a déclaré Kasper Rorsted, le PDG d’Adidas cité dans un communiqué.

Adidas a annoncé cette mesure, et plusieurs autres, le jour même des obsèques de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc alors qu’il était menotté. Sa mort est devenue le symbole de la lutte contre la brutalité policière et le racisme à l’encontre des Afro-Américains.

Adidas jouit d’un statut culte dans une partie de la communauté noire – un documentaire récent a rappelé que Michael Jordan aurait souhaité signer avec Adidas avant que Nike ne le rende immensément riche – mais des employés de la marque aux trois bandes lui ont reproché ces derniers temps de ne pas faire assez pour lutter contre la discrimination raciale.  

Le groupe allemand a également annoncé qu’il allait porter à 20 millions de dollars, dans les 4 ans à venir, les montants qu’il consacre à des programmes de soutien de la communauté noire aux États-Unis (un programme de basketball pour communautés défavorisées, des fonds supplémentaires pour l’école de design de chaussures ou encore un programme de soutien de la communauté noire par le sport).

Il a aussi promis 50 bourses d’études pour 50 de ses employés noirs par an pendant les 5 prochaines années.

Les dirigeants en Amérique du Nord, Zion Armstrong et Matt O’Toole doivent donner plus de détails mardi lors de réunions avec les employés à Portland et Boston.  

Enfin comme de nombreuses entreprises ces dernières semaines, Adidas a promis de faire mieux en matière de lutte contre le racisme.

« Nous comprenons bien que la lutte contre le racisme est un combat qui doit être mené sans arrêt et activement. Nous devons et nous ferons mieux », promet l’entreprise.

Fait exceptionnel, la personne qui gère le fil Twitter d’Adidas avait même retweeté le message antiraciste de son rival Nike : « Pour une fois, “Don’t Do It”… Ne prétendez pas qu’il n’y a pas un problème en Amérique ». Il avait ajouté : « Ensemble nous allons de l’avant. Ensemble nous changeons des choses. »