Le sort de la chaîne Sportium a été scellé. Les quatre succursales seront fermées. SAIL Plein Air, qui s’est placée à l’abri de ses créanciers, abandonnera aussi deux magasins de l’enseigne SAIL en Ontario. En tout, 500 personnes perdront leur emploi.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

Les magasins Sportium sont situés à Laval, Kirkland, Québec et Saint-Hubert. L’enseigne avait été lancée en 2015. Elle misait sur de gros volumes et une offre très vaste. Elle n’aura même pas eu le temps d’atteindre la rentabilité.

« Les deux plus vieux magasins, ceux de Saint-Hubert et de Laval, s’approchaient dangereusement de la rentabilité, mais ça aurait pris encore trop de temps. Si ça avait été imminent, on aurait peut-être étiré la sauce un peu », nous a confié le président et chef de la direction de SAIL Plein Air, Norman Décarie.

Le dirigeant affirme que « ça prend deux ou trois ans » à une nouvelle enseigne pour se faire connaître et que c’est « très rare » que le niveau de rentabilité soit atteint la première année.

En fin de compte, ce sont « plusieurs dizaines de millions échelonnés sur cinq ans » qui ont été perdus dans l’aventure.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Norman Décarie, président et chef de la direction de SAIL Plein Air

Je vous mentirais si je vous disais que Sportium, ça allait bien dans la dernière année et demie. Le marché était troublé et il l’est encore. Et là, la COVID nous a achevés, si vous me permettez l’expression…

Norman Décarie, président et chef de la direction de SAIL Plein Air

SAIL Plein Air, qui est aux prises avec des dettes de 100 millions, fermera aussi ses succursales de Vaughan et d’Etobicoke, en Ontario.

L’entreprise exploitera encore 12 succursales, soit 8 au Québec et 4 en Ontario, ainsi que son site transactionnel. Ces succursales sont toutes rentables, assure-t-on.

Du nouveau chez SAIL et en ligne

Le grand patron souhaite profiter de la restructuration entamée en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité pour élargir l’offre de SAIL. Par exemple, des vélos de montagne et des vélos à pneus surdimensionnés (fat bikes) y seront offerts. La nouvelle marchandise va « s’inscrire dans l’ADN » de la marque, promet M. Décarie.

Les magasins Sportium fermeront leurs portes au terme d’une vente de liquidation qui débutera dans quelques jours. Le site sportium.ca restera pour sa part accessible « encore un certain temps ».

Certains employés pourront être mutés dans d’autres succursales ou au centre de distribution, promet l’entreprise.

L’abandon d’une des deux enseignes permettra par ailleurs à SAIL de réduire la quantité de produits dans son catalogue. Ainsi, une proportion plus grande de produits pourra être offerte en ligne. Actuellement, environ 75 % des stocks sont vendus sur ses sites faute d’espace suffisant en entrepôt.

« J’ai 100 000 SKU [pour stock keeping units, soit des produits différents], précise M. Décarie. Ça me prendrait deux fois la taille d’entrepôt que j’ai pour tout mettre en ligne ! Je peux juste mettre mes meilleurs vendeurs. »

L’entreprise lavalloise spécialisée dans les articles de sport, de plein air, de camping, de chasse et de pêche a été fondée en 1981.