Le choc économique de la pandémie frappe fort dans les résultats de premier trimestre du Mouvement Desjardins, divulgués cet après-midi.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Alors que ses revenus trimestriels baissaient de 16 % à 4,7 milliards, ses excédents ont été amputés de près d’un tiers (-29 %) à seulement 285 millions.

Et cette chute des excédents est surtout attribuable à l’augmentation substantielle de la « provision pour pertes de crédit » comptabilisée par Desjardins à l’égard de ses clients emprunteurs qui sont très fragilisés financièrement par la brutale récession de pandémie.

À cet égard, Desjardins comptabilise une provision de 324 millions au terme de son premier trimestre, un montant presque trois fois plus élevé que celui qui avait été comptabilisé pour le trimestre comparable, un an plus tôt.

Parmi ses principaux secteurs d’activités, Desjardins rapporte une baisse des excédents de 37 % à 213 millions dans le secteur des « Particuliers et entreprises » au premier trimestre, alors que son secteur de « Gestion de patrimoine et assurance de personnes » a basculé en déficit de 41 millions par rapport à un excédent de 133 millions un an plus tôt.

En contrepartie, dans le secteur de « l’Assurance de dommages », Desjardins rapporte un excédent de 73 millions à son premier trimestre comparativement à un déficit de 81 millions comptabilisés un an plus tôt.