(New York) Boeing a annoncé lundi suspendre pour 14 jours sa production de longs courriers dans l’État de Washington, au nord-ouest, dans l’espoir de limiter la propagation du nouveau coronavirus au sein de l’entreprise et de faire face à la chute de la demande.

Agence France-Presse

L’usine touchée est celle d’Everett, qui assemble notamment le 777, le 747, le 767 et une partie du 787.

L’arrêt des opérations prend effet à compter du 25 mars, a précisé l’avionneur, dont la production du monocouloir 737 MAX dans cet État était déjà suspendue depuis janvier.

L’assemblage d’une partie du long-courrier 787 Dreamliner en Caroline du Sud n’est en revanche pas concerné, a indiqué un porte-parole à l’AFP.

Cette annonce intervient au lendemain du décès, des suites de la COVID-19, d’un salarié de l’usine d’Everett, selon des sources internes et syndicales. Ce dernier travaillait pour Boeing depuis 27 ans, d’après le syndicat des machinistes IAM.

Les salariés touchés par la suspension vont continuer à travailler de chez eux pour ceux dont les fonctions le permettent, tandis que les autres recevront un congé payé sur dix jours représentant un salaire de deux semaines, précise Boeing.

Le groupe a demandé une aide publique, sous la forme de prêts garantis, d’au moins 60 milliards de dollars.

« C’est un moment sans précédent », a commenté le PDG David Calhoun, ajoutant que Boeing va tout faire pour minimiser comme il peut l’impact de la suspension de sa production sur les programmes et services militaires et spatiaux.

Boeing emploie environ 70 000 personnes dans l’État de Washington, mais le nombre des effectifs associés à la production n’est pas officiellement connu.