(Montréal) Les syndiqués de l’entreprise Cascades à Drummondville ont voté en faveur de la grève, au cours des derniers jours, mais ils n’ont pas l’intention de la déclencher à court ou moyen terme, vu la situation du coronavirus.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

De plus, il importe de souligner que cette usine ne fabrique pas de papier hygiénique, mais bien des boîtes de carton ondulé destinées aux emballages.

Cascades fabrique bel et bien du papier hygiénique, mais l’usine concernée par ce mandat de grève, à Drummondville, n’en fabrique pas.

Ces quelque 175 travailleurs, membres du syndicat des Teamsters, affilié à la FTQ, ont voté dimanche dernier en faveur d’un mandat de grève à être déclenché au moment opportun.

Or, le moment n’est justement pas opportun à l’heure actuelle, a précisé mercredi le syndicat des Teamsters, joint au téléphone.

Il n’y aura donc pas de grève, ni à court ni à moyen terme. Mais le syndicat tenait tout de même à adresser un message à l’employeur quant à sa détermination à négocier de bonnes conditions de travail, a-t-on fait savoir.

Le syndicat a pris la peine de souligner que le vote de grève avait été pris en respectant les consignes du gouvernement quant aux rassemblements en nombre dans des endroits confinés.

La direction de Cascades, de son côté, a indiqué que les discussions étaient « cordiales » avec le syndicat et qu’elle avait « bon espoir » de s’entendre avec lui quant au renouvellement de la convention collective.

Cascades fabrique effectivement du papier hygiénique, tant de marque Cascades que de marques privées, et d’autres « produits de papier tissu ». Elle exploite plusieurs autres usines dans ce secteur d’activité à Candiac, Lachute, Kingsey Falls, Laval, Granby, dans l’État de New York, du Tennessee, de l’Oklahoma, de la Caroline du Sud, du Wisconsin.

Il n’y a donc pas à craindre pour l’approvisionnement, a-t-on réitéré chez Cascades. « Nos usines fonctionnent à plein régime. »