(Calgary) Les producteurs de pétrole et de gaz naturel du Canada continuent de réduire leurs budgets de dépenses en immobilisations et les paiements à leurs investisseurs dans la foulée du plongeon des prix du pétrole de cette semaine.

Dan Healing
La Presse canadienne

ARC Resources, établie à Calgary, a annoncé vendredi qu’elle réduirait son budget de dépenses pour 2020 en le faisant passer de 500 millions à 300 millions au plus et qu’elle ferait passer son dividende mensuel de 5 cents à 2 cents.

« La baisse rapide des prix mondiaux des produits de base a créé un vent contraire important pour les producteurs d’énergie, et nous pensons qu’il est prudent d’ajuster nos niveaux de dépenses afin de protéger notre bilan et d’assurer la durabilité de nos activités », a expliqué le chef de la direction d’ARC, Terry Anderson, dans une déclaration.

Tard jeudi, Husky Energy a annoncé qu’elle réduirait ses dépenses en capital cette année de 900 millions pour les faire passer à environ 2,4 milliards, et a indiqué qu’elle chercherait à trouver 100 millions supplémentaires par l’entremise de mesures de réductions de coûts.

La société a supprimé environ 370 emplois l’année dernière et a annoncé en décembre qu’elle réduirait ses plans d’investissement pour 2020 et 2021 d’environ 500 millions par rapport à ses prévisions précédentes, en raison de l’évolution des conditions du marché.

Les investissements dans les gisements de ressources et les projets de pétrole lourd conventionnel dans l’Ouest canadien ont été interrompus, a précisé Husky, ajoutant qu’elle avait également suspendu le forage des plateformes de soutien à toutes les exploitations de sables bitumineux thermiques.

Les producteurs de pétrole réduisent leurs dépenses et se concentrent sur la réduction des coûts depuis des années, après la chute spectaculaire des prix du pétrole en 2015 et 2016.

Les coupes surviennent alors que la nouvelle épidémie de COVID-19 érode la demande mondiale d’énergie et qu’une guerre des prix entre les principaux producteurs d’Arabie saoudite et de Russie menace d’inonder le marché du pétrole avec des barils à bas prix.

Les petits acteurs de l’énergie de Calgary réduisent également leurs budgets et leurs paiements.

« Total Energy s’attend à ce que les niveaux d’activité de l’industrie nord-américaine diminuent à court terme et reste concentrée sur la préservation de sa liquidité et la vigueur de son bilan », a indiqué vendredi le fournisseur de Calgary de matériel de forage, de production et de traitement dans un communiqué.

« Conséquemment, le conseil d’administration a décidé de suspendre le paiement d’un dividende avec effet immédiat et de réduire le budget de dépenses en immobilisations de l’entreprise de 2020 pour le faire passer de 23 millions à 10 millions. »

Le fournisseur de logements de travail Horizon North Logistics a annoncé qu’il réduisait son dividende à zéro et CES Energy Solutions, qui vend des produits chimiques pour la production et du fluide de forage, a réduit ses paiements aux actionnaires de 75 %.

Gran Tierra Energy, de Calgary, qui produit du pétrole en Colombie et en Équateur, a indiqué qu’elle prévoyait de fermer des puits produisant de 1000 à 1500 barils de pétrole par jour. Son programme de dépenses pour 2002, qui visait environ 185 millions US, sera réduit pour prévoir désormais des dépenses d’entre 60 millions et 80 millions.