(New York) Xerox a lancé mardi la bataille pour le cœur et l’esprit des actionnaires de HP, le fabricant américain d’ordinateurs personnels et d’imprimantes dont il a courtisé, en vain, la direction depuis plusieurs semaines.

Agence France-Presse

« Votre refus d’engager des pourparlers avec Xerox défie toute logique », attaque bille en tête le PDG de l’inventeur de la photocopieuse pour tous, John Visentin, dans une lettre.

Il reprend ensuite point par point les raisons avancées par HP pour rejeter les avances de Xerox pour tenter de convaincre ses actionnaires qu’une fusion entre les deux entreprise serait la meilleure option pour eux.

« Vous pouvez ne pas apprécier nos “tactiques agressives” mais nous ne nous excuserons pas pour autant », lance encore M. Visentin avant d’affirmer : « nous allons directement nous adresser aux actionnaires de HP pour leur demander leur soutien et forcer le conseil d’administration de HP à faire ce qui est juste et à donner suite à cette proposition alléchante ».

Dimanche, HP avait une nouvelle fois rejeté une offre de rachat de Xerox.  

« Nous réitérons notre rejet de la proposition de Xerox qui sous évalue significativement HP », écrivait le PDG de l’entreprise, Enrique Lores, dans une lettre adressée à son homologue de Xerox.

HP qualifiait l’offre d’« incertaine » et soulignait en particulier qu’il n’est pas certain que Xerox puisse lever les fonds nécessaires pour honorer la partie en numéraire de son offre de quelque 33 milliards de dollars.

HP juge également que le poids de la dette, trop imposant, pourrait aussi peser sur l’avenir de la nouvelle entité.

Xerox a proposé début novembre à HP de racheter l’entreprise pour 22 dollars par titre, ce qui correspond à quelque 33 milliards de dollars.

Mardi l’action HP valait 19,89 dollars et celle de Xerox 38,74 dollars.

Mais HP, né de la scission de Hewlett-Packard, avait déjà rapidement rejeté l’offre, la jugeant insuffisante et pas dans le meilleur intérêt de ses actionnaires.

HP réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière trois fois plus importante, à environ 29 milliards de dollars contre 8 milliards.

Selon le Wall Street Journal, l’investisseur activiste Carl Icahn ferait pression en faveur d’une fusion avec Xerox, convaincu qu’une combinaison des deux fabricants d’imprimantes pourrait générer d’importants bénéfices pour les investisseurs.  

M. Icahn a récemment pris une participation au capital de HP de quelque 4,25 % et est également le premier actionnaire de Xerox, selon le cabinet Factset. Le premier actionnaire de HP est le gestionnaire d’actifs Vanguard Group, avec 8,7 %.