La Banque Nationale solidifie sa présence en Asie du Sud-Est en injectant 83,5 millions additionnels pour acquérir la participation restante de 10 % qu’elle ne détenait pas encore dans Advanced Bank of Asia (ABA), une des trois plus importantes institutions financières du Cambodge.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

ABA devient la première banque étrangère détenue à 100 % par la Banque Nationale. La plus grosse banque du Québec aura déboursé au total 424 millions en cinq ans pour devenir l’unique actionnaire d’ABA.

Le bloc d’actions de 10 % que vient d’acquérir la Banque Nationale appartenait à Damir Karassayev, ex-président du conseil d’ABA et ancien président de la Bourse du Kazakhstan.

Fondée il y a 23 ans, ABA connaît une croissance plutôt rapide. Axée sur les services bancaires aux particuliers et aux petites entreprises, cette banque compte des actifs de 5,3 milliards.

La Banque Nationale avait fait l’acquisition de ses premières actions dans ABA en 2014. Elle avait par la suite graduellement haussé sa participation à 90 %.

Depuis 2014, la profitabilité de l’investissement de la Banque Nationale dans ABA a plus que décuplé. 

De 7,5 millions US il y a cinq ans, les profits réalisés par la Banque Nationale avec ABA devraient atteindre une centaine de millions US cette année.

Pour les neuf premiers mois de l’exercice financier actuel, la participation d’ABA aux profits de la Banque Nationale est de 5 % et l’acquisition de la participation additionnelle de 10 % dans ABA aurait augmenté le résultat dilué de la Banque Nationale de 3 cents par action.

La Banque Nationale estime que les parts de marché d’ABA au Cambodge ont plus que doublé depuis son investissement initial en 2014. Le nombre d’employés d’ABA est passé de 600 à plus de 5000, le nombre de succursales a fait un bond de 12 à 70, alors que le nombre de clients a explosé de 60 000 à 600 000.

Des analystes croient que la contribution d’ABA aux bénéfices devrait continuer d’augmenter pour représenter près du quart de la croissance des profits de la Banque Nationale d’ici trois ans.

L’investissement dans ABA est notamment supervisé par l’ancien PDG de la Banque Nationale, André Bérard. Celui qui a dirigé la BN de 1989 à 2002 est membre du conseil d’administration d’Advanced Bank of Asia depuis trois ans.

Pourquoi le Cambodge ?

Le Cambodge est situé dans une zone à forte croissance économique. La population du pays est jeune (il y a trois ans, la BN soutenait que plus de 60 % de la population avait moins de 30 ans) et le taux de pénétration des produits bancaires serait aussi encore relativement faible. La Banque Nationale y a vu une occasion de reproduire son concept de « banque super régionale ».

L’occasion d’investir dans ABA s’est présentée en 2014 lorsque l’institution bancaire cambodgienne a procédé à des émissions d’actions pour financer sa croissance et, chaque fois, c’est la Banque Nationale qui achetait les actions.

La Banque Nationale est aussi présente dans d’autres marchés émergents. Elle détient des participations minoritaires dans la société NSIA, un groupe de services financiers et d’assurance de la Côte d’Ivoire, en Afrique, dans la banque AfrAsia, à l’île Maurice, au large de Madagascar, dans XAC Bank, une institution financière de Mongolie, ainsi que dans Ongo, une entreprise de paiement mobile de la Birmanie.