(Toronto) Le profit de l’assureur Great-West a reculé au deuxième trimestre, par rapport à celui de l’an dernier, alors qu’il a inscrit une charge liée à la vente d’activités aux États-Unis et des dépréciations sur certains placements.

La Presse canadienne

La société a engrangé un bénéfice net de 459 millions, soit 49 cents par action, pour le trimestre clos le 30 juin. Cela se compare à un profit de 831 millions, ou 84 cents par action, pour la même période l’an dernier.

Le bénéfice ajusté, qui exclut une charge de 199 millions liée à la vente de certaines activités aux États-Unis, s’est établi à 658 millions, ou 70 cents par action. Ce résultat était conforme aux attentes des analystes, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

La société a précisé que son bénéfice ajusté avait cependant été affecté par les modifications apportées à certains contrats d’assurance et par la dépréciation de placements liés aux commerces de détail au Royaume-Uni.

Les revenus de la Great-West ont avancé de 1,2 milliard à 34,3 milliards, une croissance de 4 % par rapport au deuxième trimestre de l’an dernier, essentiellement attribuable à de plus importantes ventes en Europe.

Le conseil d’administration de la société a approuvé, le 19 juillet, un plan visant à regrouper les divisions de la Great-West, la London Life et la Compagnie d’assurance du Canada sur la vie en une seule entité qui portera le nom de Compagnie d’assurance du Canada sur la vie.