(Montréal) Grupo Aeromexico est en train de réévaluer son partenariat avec Aimia, une nouvelle tuile pour la société d’analyse de la fidélisation des consommateurs, qui est déjà confrontée à un conflit avec certains de ses actionnaires.

La Presse canadienne

La compagnie aérienne mexicaine a expliqué qu’elle « réévaluait tous les aspects de sa stratégie de fidélisation de la clientèle ».

Aeromexico détient une participation de 51,9 % dans PLM Premier, qui gère Club Premier, le programme de fidélisation de la compagnie aérienne. Aimia détient la participation restante dans l’exploitant du programme.

La ligne aérienne a indiqué qu’elle cherchait à minimiser son recours à PLM Premier et à assurer une transition sans faille le plus rapidement possible.

Aimia s’est dite déçue par les commentaires d’Aeromexico et a qualifié le partenariat de PLM Premier d’« extrêmement fructueux ».

Elle a ajouté qu’elle maintiendrait ses droits en vertu des divers accords contractuels relatifs à son investissement commun dans PLM. Le contrat conclu avec Aeromexico est valide jusqu’en 2030.

L’année dernière, la société montréalaise a rejeté une offre de 180 millions US présentée par Aeromexico pour obtenir sa participation dans PLM Premier.

Aimia subit déjà la pression d’un groupe d’actionnaires qui réclame une reprise de l’assemblée annuelle d’Aimia, qui s’est tenue le mois dernier et qui, selon eux, était « entachée d’irrégularités ». La société estime que l’assemblée du 28 juin s’est déroulée dans les règles de l’art et qu’une reprise de l’assemblée serait « redondante ».

Plus tôt cette semaine, le principal actionnaire d’Aimia s’est opposé à la nomination de deux nouveaux administrateurs au conseil d’administration. La firme Mittleman Brothers LLC, qui détient ou contrôle environ 23,3 % des actions en circulation d’Aimia, a indiqué que la société ne l’avait pas consultée au sujet des administrateurs nommés lundi.

Entreprise dans cette dépêche : (TSX : AIM)