Source ID:; App Source:

Mattel se lance dans le cinéma

Outre Barbie, Mattel produit les voitures miniatures Hot... (Photo Richard Drew, Archives Associated Press)

Agrandir

Outre Barbie, Mattel produit les voitures miniatures Hot Wheels, les jouets pour enfants Fisher-Price ou encore les poupées American Girl.

Photo Richard Drew, Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Mattel, le fabricant de la célèbre poupée Barbie, a annoncé se lancer dans la production de films en créant en son sein une unité spécifique dans l'espoir de remonter la pente au moment où il est confronté à une érosion des ventes.

Cette division sera dirigée par Robbie Brenner, la productrice du film Dallas Buyers Club, qui a valu l'Oscar du meilleur acteur à l'Américain Matthew McConaughey.

L'objectif de cette unité va être de «développer et de produire des films inspirés des marques emblématiques et mondialement connues de l'entreprise», explique Mattel dans un communiqué.

Outre Barbie, Mattel produit les voitures miniatures Hot Wheels, les jouets pour enfants Fisher-Price ou encore les poupées American Girl.

Le groupe produit déjà des dessins animés, mais était pour l'instant resté à l'écart des salles obscures.

Il revient ainsi à Mme Brenner de répondre aux critiques des marchés financiers, qui s'étonnent que Mattel n'ait pas songé à transformer les héros de ses jouets en personnages de cinéma comme l'ont fait avec succès les groupes rivaux Hasbro (Transformers) et Lego (The Lego Movie).

À la tête de Mattel depuis fin avril, Yvon Kreiz, le nouveau PDG, ambitionne de trouver de nouvelles sources de revenus en transformant Mattel en producteur de «blockbusters» hollywoodiens et en exploitant des licences.

Il estime que l'entreprise pourrait doper ses revenus avec de bonnes recettes générées par des sorties en salle et des redevances si Mattel monétisait son portefeuille de marques emblématiques.

Le groupe connaît une érosion des ventes depuis quelques années, pâtissant de la domination des jeux vidéo et des jeux électroniques.

Sa capitalisation boursière a fondu, s'établissant à 5,27 milliards de dollars contre 12,82 milliards à son compatriote Hasbro alors que les deux sociétés ont des niveaux de revenus quasi identiques.

Outre le cinéma, M. Kreiz veut faire des économies: fin juillet Mattel a annoncé la suppression de 2200 emplois à travers le monde et la vente de sites de production au Mexique.

Lors du deuxième trimestre, Mattel a creusé ses pertes, enregistrant un déficit de 240,9 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 840,7 millions de dollars, en baisse de 13,7% sur un an.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer