Le chef de la direction d'Enbridge a dit ne pas s'attendre à respecter l'échéance pour le début de la construction de l'oléoduc Northern Gateway cette année, et l'entreprise établie à Calgary réclamera probablement une prolongation.

Mis à jour le 19 févr. 2016
Ian Bickis LA PRESSE CANADIENNE

Al Monaco a affirmé qu'Enbridge travaillait encore à satisfaire aux 209 conditions incluses dans son permis de 2014 pour construire l'oléoduc, de même qu'à solidifier les engagements avec les expéditeurs et à favoriser une plus grande acceptabilité sociale.

«Un début de construction avant la fin de l'année est plutôt hors d'atteinte pour l'instant», a dit M. Monaco aux investisseurs en conférence téléphonique, vendredi, après le dévoilement par l'entreprise de ses résultats du quatrième trimestre.

L'une des conditions du permis requiert qu'Enbridge amorce la construction de l'oléoduc de 1177 kilomètres ou celle d'un terminal maritime à Kitimat, en Colombie-Britannique, avant le 31 décembre, à moins d'indications contraires de l'Office national de l'énergie (ONÉ).

Enbridge évalue actuellement les contours d'une éventuelle demande de prolongation de l'échéance, a dit le chef de la direction. «Nous sommes en mode évaluation», a-t-il affirmé.

Enbridge a dépassé les attentes en engrangeant des profits de 378 millions $ au quatrième trimestre, période au cours de laquelle plusieurs projets ont été complétés, dont l'inversion de l'oléoduc de la Ligne 9B.

La société albertaine a également acquis le projet New Creek en Virginie ainsi qu'une participation d'environ 25 % dans un projet éolien situé au large de la côte de Sussex, au Royaume-Uni.

M. Monaco a également souligné qu'en 2015, l'entreprise avait mis en service 14 projets, dont la valeur atteint 8 milliards $ US.

«Notre capacité de réaliser une croissance soutenue et prévisible (...) dans le contexte actuel témoigne de la résilience de notre modèle d'exploitation à faible risque», a-t-il expliqué.

Sur une base ajustée, en excluant les éléments non récurrents, le profit ajusté d'Enbridge a été de 494 millions, ou 58 cents par action, en hausse de près de 21 % par rapport au quatrième trimestre de 2014.

Les analystes sondés par Thomson Reuters tablaient en moyenne sur un profit ajusté par action de 52 cents.

Pour l'exercice, Enbridge a toutefois affiché une perte nette de 37 millions, mais un profit ajusté de 1,87 milliard, ou 2,20 $ par action.