Le motoriste britannique Rolls-Royce, en pleine restructuration, a taillé dans ses dividendes pour la première fois depuis 25 ans mais a réussi à rassurer les investisseurs en évitant un nouvel avertissement sur ses résultats.

Publié le 12 févr. 2016
Julien MIVIELLE AGENCE FRANCE-PRESSE

Le dividende versé à ses actionnaires va chuter à 16,37 pence par action au titre de 2015 contre 23,1 pence pour 2014, ce qui permettra à l'entreprise de conserver des liquidités.

Rolls-Royce, qui fabrique notamment des moteurs pour les avions de ligne d'Airbus et Boeing, explique devoir investir de l'argent dans la transformation de l'entreprise tout en préservant son bilan et ses notes auprès des grandes agences de notation.

Cette première baisse du dividende depuis près de 25 ans était largement attendue même si la plupart des analystes pensaient qu'elle serait moins drastique.

Toutefois Rolls-Royce a réussi à rassurer les investisseurs en ne lançant pas de nouvel avertissement sur ses résultats, après en avoir annoncé une série depuis deux ans.

« Nos perspectives pour 2016 n'ont pas changé », a indiqué le directeur général, Warren East.

« Ce sera une année difficile alors que nous débutons la transition de nos produits et maintenons nos investissements dans l'activité Aéronautique civile, alors que nous nous attaquons à la faiblesse du marché offshore dans l'activité Marine », a-t-il poursuivi.

Le groupe avait prévenu en novembre que son bénéfice serait amputé d'environ 650 millions de livres (832 millions d'euros) cette année en raison des difficultés sur le marché de certains moteurs d'avions de ligne et d'affaires.

« On aurait pu craindre pire »

La confirmation de ces perspectives, aussi médiocres soient-elles, a suffi à rassurer les investisseurs. L'action Rolls-Royce bondissait de 13,30 % à 600,5 pence vendredi matin vers 10 h 15 GMT (5 h 15, heure de l'Est) à la Bourse de Londres, loin en tête de l'indice FTSE-100 des principales valeurs.

« Compte tenu des cinq avertissements sur résultats de ces deux dernières années, on aurait pu craindre pire », ont commenté les analystes de Liberum.

« Le très redouté sixième avertissement sur résultats ne s'est pas matérialisé » et « les résultats annuels de Rolls-Royce devraient commencer à calmer les nerfs des investisseurs », a abondé Andy Chambers, analyste chez Edison.

Le groupe a réalisé en 2015 un modeste bénéfice net de 83 millions de livres (106 millions d'euros), en hausse de 20 % sur un an. À changes constants, son bénéfice ajusté avant impôts a chuté de 12 % à 1,43 milliard de livres.

La direction a aussi indiqué poursuivre la restructuration du groupe, miné par des difficultés sur plusieurs fronts, aussi bien dans l'aéronautique civile et militaire que dans l'activité marine. Celle-ci, qui fournit des équipements pour l'industrie pétrolière en mer, a été touchée par la chute des cours du brut.

Rolls-Royce a commencé à tailler dans ses effectifs en annonçant un plan de suppression de 3600 emplois dans le monde, 2600 dans son activité aérospatiale et 1000 dans son activité marine, sur les 54 000 personnes qui y travaillent au total dans plus de 50 pays. Ce plan est toujours en cours.

Warren East, arrivé en juillet dernier à la tête de l'entreprise, a lancé fin 2015 une vaste remise à plat de l'entreprise, commençant par simplifier la structure de direction afin de réaliser des économies.

Le groupe a indiqué vendredi avoir identifié près de la moitié des économies visées, qui sont de 150 à 200 millions de livres par an à partir de 2017.