Source ID:4cac411e39c430ccb2c568a87f86ad19; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Trains de banlieue: les wagons chinois livrés avec plus d'un an de retard

Les passagers des trains de banlieue de Montréal... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les passagers des trains de banlieue de Montréal ne pourront s'asseoir dans les nouvelles voitures commandées en Chine qu'en août 2020, soit 14 mois plus tard que l'échéance initiale.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Ce n'est pas seulement Bombardier Transport qui connaît des retards dans ses livraisons de matériel ferroviaire. La Presse a appris que les passagers des trains de banlieue de Montréal ne pourront s'asseoir dans les nouvelles voitures commandées en Chine qu'en août 2020, soit 14 mois plus tard que l'échéance initiale.

Une augmentation du contenu canadien est responsable de ce nouveau délai, selon exo, l'exploitant des trains de banlieue de Montréal.

Exo a dernièrement obtenu l'aval du gouvernement Legault pour exercer une option d'achat de 20 voitures additionnelles, confirme au téléphone Louis-André Bertrand, conseiller aux relations avec les médias de l'organisme de transport.

Initialement, les premières voitures devaient être livrées en juin de cette année. Cette échéance a toutefois été revue une première fois en décembre 2017 après qu'exo eut demandé à son fournisseur d'ajuster ses wagons aux dimensions des voitures de la série 2000 (construites par Bombardier) de son parc actuel. Les premières livraisons avaient alors été retardées à décembre 2019.

L'entente initiale

On se souviendra qu'exo, qui s'appelait Agence métropolitaine de transport (AMT) à l'époque de l'attribution du contrat en mai 2017, avait retenu la proposition de CRRC (China Railway Rolling Stock Corporation) pour la fabrication de 24 voitures pour 69 millions de dollars, une somme inférieure aux estimations de l'AMT, qui en fixait plutôt la valeur à 103 millions. L'assemblage final se fait à Tianjin, en Chine. L'entente inclut des options pour acquérir 60 voitures additionnelles.

Le contrat avait fait l'objet d'un second appel d'offres avec une diminution du contenu canadien à 15 %. En 2016, l'AMT avait annulé le premier appel, qui exigeait un seuil de 25 % pour lequel Bombardier était l'unique soumissionnaire, en évoquant l'échéancier des livraisons.

Plus de contenu local exigé

Avant de donner son accord à l'exercice de l'option d'achat, le gouvernement caquiste a cependant exigé que le contenu canadien, prévu d'abord à 15 %, soit porté à 25 % pour les 20 voitures supplémentaires. Cette option porte la valeur du contrat avec CRRC à 134,8 millions pour 44 voitures, les 24 du départ et les 20 additionnelles. Ce montant inclut les pièces de rechange et les outils spéciaux.

« Selon les plus récentes informations de notre fournisseur, le contenu canadien des 24 premières voitures atteint 20,8 %, soit 40 % de plus que ce qui était prévu au devis technique », indique M. Bertrand.

Exemple de contenu canadien, les chargeurs de batterie et les actionneurs de portes avec moteur linéaire (système électromagnétique) sont fabriqués par Technologies Lanka, une PME de 100 employés de La Pocatière, qui appartient depuis 2011 au groupe allemand Knorr-Bremse.

« Pour nous, ça représente des revenus de 2,4 millions et ça donne du travail pour 6 personnes pendant un an », indique Paul Cartier, directeur général de Technologies Lanka.

Le seuil de 25 % de contenu canadien sera respecté grâce à l'apport de 11 fournisseurs, dont 9 Québécois, souligne exo.

Nouveau délai de livraison

Pour atteindre ce nouveau seuil minimal de 25 %, exo et son fournisseur CRRC ont décidé que les sièges des voitures seraient dorénavant fabriqués au Canada plutôt qu'en Chine. Le nom du fournisseur reste confidentiel.

Pour des raisons d'efficacité opérationnelle, exo a exigé que les 44 wagons soient équipés de sièges identiques, ce qui oblige CRRC à recommencer le travail sur les premiers wagons. « La hausse du contenu canadien entraîne une augmentation des coûts prévus au contrat », reconnaît M. Bertrand. Le contrat coûtera 9,1 millions de plus et les premières livraisons sont reportées au mois d'août 2020.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer