Le premier ministre Philippe Couillard a profité de son passage au Forum Innovation d'Aéro Montréal, lundi, pour presser son homologue fédéral, Justin Trudeau d'accorder sans délai une aide financière à Bombardier.

Mis à jour le 25 avr. 2016
Sylvain Larocque LA PRESSE

«Je suis tellement fier de la C Series. C'est le génie québécois qui s'envole», a-t-il lancé devant les centaines de membres de l'industrie réunis au Palais des congrès de Montréal.

Puis, en anglais, M. Couillard a soutenu que le développement de la nouvelle gamme d'avions de 110 à 150 places était «le plus grand projet d'innovation au Canada».

S'adressant directement à M. Trudeau, il a rappelé que l'industrie aéronautique était aussi importante pour le Québec «que l'industrie automobile pour l'Ontario».

«M. Trudeau le sait lui aussi et c'est pourquoi j'ai confiance que le gouvernement fédéral se joindra à nous, a-t-il ajouté. Je souhaite que ce soit le plus rapidement possible.»

L'automne dernier, Québec s'est engagé à investir 1 milliard US pour acquérir une participation de 49,5 % dans la C Series, qui a connu dépassements de coûts et retards. Bombardier espère obtenir la même somme de la part d'Ottawa.

Présent aux côtés de Philippe Couillard lundi, le PDG de Bombardier, Alain Bellemare, a tenu à le remercier pour le soutien du gouvernement.

«L'appui du Québec a joué un rôle crucial pour redynamiser ce programme en donnant confiance aux clients et en nous permettant d'accroître notre flexibilité financière», a reconnu M. Bellemare.

Bombardier a par ailleurs annoncé lundi avoir décroché une commande pour quatre jets régionaux CRJ900 de la part de Trident Jet, qui les louera au transporteur européen CityJet dans le cadre d'un contrat de service conclu avec la compagnie aérienne scandinave SAS. Au prix courant, cette conversion d'options a une valeur de 184 millions $ US. Trident Jet avait commandé huit CRJ900 en octobre.

La multinationale québécoise tiendra son assemblée annuelle vendredi à ses installations de Mirabel. On s'attend à ce que l'entreprise dévoile alors une importante commande de Delta Air Lines pour 75 avions C Series.

Peu après midi, l'action de Bombardier gagnait plus de 5 % pour se négocier à 1,80 $, à la Bourse de Toronto.