Source ID:485402; App Source:cedromItem
Exclusif

Les grands festivals demandent une hausse de leurs subventions

Selon le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI),... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Selon le Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI), le Canada est passé du 7e au 16e rang des destinations internationales entre 2002 et 2012.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Les festivals majeurs du Québec demandent aux gouvernements du Canada et du Québec de profiter de leur prochain budget pour hausser leurs subventions. Ils veulent obtenir au moins 5 millions de dollars de plus par année du Québec et un nouveau programme fédéral de 20 millions par année qui pourrait doubler leurs subventions fédérales, selon un document obtenu par La Presse Affaires. En contrepartie, les festivals estiment être en mesure d'attirer davantage de touristes internationaux et d'augmenter leurs retombées économiques.

«La croissance du tourisme mondial est d'environ 3% par année, et le Canada est le seul pays à régresser parmi les 20 destinations les plus prisées au monde. Quand on regarde ailleurs, il y a des efforts politiques qui sont faits pour attirer davantage de touristes internationaux», dit Louise Beaudoin, présidente du conseil d'administration du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI), qui compte 25 membres dont le Festival international de jazz de Montréal, le festival Juste pour rire et le Festival d'été de Québec. Selon le REMI, le Canada est passé du 7e au 16e rang des destinations internationales entre 2002 et 2012.

Question de budget

Le contexte budgétaire difficile - les deux ordres de gouvernement ont prévu des déficits en 2014-2015 - se prête-t-il à ces nouvelles demandes? «C'est réaliste si on raisonne à long terme, dit l'ancienne ministre péquiste. Nous devons investir collectivement dans le tourisme. Pour créer de la richesse, il faut investir. Tous les secteurs industriels sont accompagnés d'une manière ou d'une autre, le nôtre doit l'être aussi.»

En moyenne, 18% du budget des festivals membres du REMI provient de subventions gouvernementales. Selon une étude de Secor, les 21 festivals du REMI ont généré, en 2010, des retombées économiques de 198,1 millions (valeur ajoutée à l'économie) et des recettes fiscales de 51,8 millions à Québec et 22,1 millions à Ottawa. Cette étude triennale n'a pas été mise à jour par le REMI en 2013.

Plus d'argent pour les plus grands festivals

En vue du prochain budget provincial, le REMI propose au gouvernement du Québec de faire passer les subventions de Tourisme Québec de 17,5 millions à 22,5 millions. Sa proposition: conserver les 17,5 millions du programme actuel, mais en extraire le volet réservé aux projets innovateurs (entre 1,2 et 2,0 millions par année) et lui octroyer une nouvelle enveloppe de 5 millions par année distribuée parmi des événements favorisant «l'innovation et l'attractivité internationale».

Cette nouvelle enveloppe de 5 millions serait ouverte à tous, mais le critère d'attractivité internationale favoriserait de prime abord les événements les plus importants (ex.: Festival international de jazz de Montréal, festival Juste pour rire et le Festival d'été de Québec). «Comme dans toutes les industries, il nous faut des leaders qui font parler d'eux à l'international. Une fois que ces festivals attirent des touristes internationaux, on peut leur proposer d'aller dans d'autres régions du Québec, Charlevoix par exemple», dit Louise Beaudoin.

Le REMI suggère aussi au gouvernement du Québec d'augmenter le plafond des subventions de Tourisme Québec pour les plus grands festivals (ex.: Juste pour rire, Festival international de jazz de Montréal) de 1 million à 1,25 million et d'augmenter le budget de subventions de la SODEC (2,8 millions en 2012).

Une partie du budget du 150e anniversaire au Canada

La Coalition canadienne des festivals, dont fait partie le REMI, aimerait que le gouvernement fédéral crée un fonds de 20 millions pour les festivals majeurs (budget supérieur à 1 million). «De toutes nos demandes, c'est la plus importante», dit Louise Beaudoin, qui suggère aussi à Ottawa de réserver une partie du budget des fêtes du 150e anniversaire du Canada en 2017 aux festivals existants.

Ottawa avait mis sur pied un programme temporaire de 100 millions en 2009 et 2010 dans le cadre du plan de relance économique du gouvernement Harper, mais ce programme a pris fin comme prévu. Les membres du REMI ont reçu environ 35% de ce programme (le Québec représente 23% de la population canadienne). Au même prorata, ce nouveau programme de 20 millions représenterait une nouvelle enveloppe de 7 millions par année pour les festivals majeurs du Québec. Les 25 membres du REMI reçoivent environ 8 millions par année en subventions des programmes récurrents de Développement économique Canada et Patrimoine Canada.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer