Depuis 15 ans, la Caisse de dépôt et placement a obtenu pratiquement le même rendement composé que ses indices de référence, ni plus ni moins. C'est ce qui ressort d'une analyse de La Presse Affaires à partir des données publiés dans les rapports annuels de l'institution.

Publié le 24 févr. 2009
Francis Vailles
Francis Vailles LA PRESSE

À chaque année, la Caisse se compare à la moyenne des marchés pour chaque catégorie chaque d'actif. La moyenne des rendements des différentes catégories donne le rendement global, comparé à l'indice de référence global.

Ainsi, un investisseur qui aurait placé 100$ à la Caisse de dépôt au début de 1993 aurait eu dans ses poches 379$ à la fin de 2007. La gestion active de la Caisse aurait ainsi procuré un rendement annuel moyen de 9,3%.

En comparaison, avec les indices passifs de référence, aucunement influencés par des décisions humaines, l'investisseur qui aurait placé 100$ au début de 1993 aurait eu 374$ à la fin de 2007. Il s'agit d'un rendement annuel composé de 9,2%. L'écart entre les deux est donc de 5$ sur 15 ans ou 0,1 point de pourcentage par année.

Depuis 15 ans, la Caisse a fait moins bien que l'indice à quatre reprises. À elles seules, les deux années 2001 et 2002 expliquent une bonne partie des écarts de la Caisse. L'institution a alors connu des rendements de -5% et de -9,6%. Ces deux rendements négatifs se sont écartés de l'indice par respectivement 3,5 points et 3,9 points de pourcentage. C'est l'épisode Vidéotron.

Le troisième écart négatif avec les indices a été enregistré en 1993 et le quatrième, l'an dernier, en raison du papier commercial.