Source ID:478677; App Source:cedromItem

Ford veut qu'on achète ses voitures

On a du chemin à faire pour pousser... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

On a du chemin à faire pour pousser nos voitures. On y parvient tranquillement», dit Bertrand Lessard, directeur régional de Ford du Canada.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Au pays, Ford rime d'abord avec «camion», aux yeux des consommateurs. Le constructeur aimerait bien que le mot «voiture» s'impose davantage dans la tête des Canadiens. Et ce, même si Ford peut se vanter d'avoir deux modèles dans le top 5 des voitures les plus vendues au monde, soit la Fiesta et la Focus.

«Mais ce n'est pas le cas ici, même si on a fini premier au Québec comme fabricant au chapitre de ventes en 2013, note Bertrand Lessard, directeur régional de Ford du Canada. Ça progresse bien, mais on n'est pas où l'on voudrait être. On est encore reconnu comme une entreprise de camions. On a du chemin à faire pour pousser nos voitures. On y parvient tranquillement.»

Les modèles Fiesta, Focus et Fusion, tous redessinés depuis deux ans, attireront-ils le regard autant que les Mustang au Salon international de l'auto de Montréal qui s'amorce aujourd'hui? Durant la dernière année, la part de marché des ventes de voitures Ford a crû de 0,2%.

«On aimerait progresser rapidement, dit Bertrand Lessard. Mais quand vient le temps d'acheter une voiture Ford, contrairement aux camions, on nous met sur une liste d'épicerie. Comme si les camions portaient ombrage aux autos. Au Québec, on pense davantage aux voitures importées. Dans l'Ouest canadien, 65% des véhicules vendus sont des pick-up. Et on a deux compétiteurs. Ici, 65% de ce qui est vendu, c'est des voitures, mais on a 17 compétiteurs.»

Allons plus loin

Pour gonfler sa part de marché, Ford compte notamment sur sa plateforme marketing Allons plus loin. Depuis avril dernier, il est possible de voir sur l'internet des messages-témoignages avec Marc Bergevin, directeur général du Canadien de Montréal, et Alain Simard, président et fondateur des FrancoFolies, auxquels Ford est associé depuis plus d'une décennie en tant que commanditaire d'événements.

«On investit beaucoup plus au Québec en marketing, surtout sur internet et les réseaux sociaux, souligne Bertrand Lessard. On veut participer à la conversation. On aimerait poursuivre la plateforme «Allons plus loin», car les résultats sont bons. C'est bien perçu par les clients et les concessionnaires.»

Si les messages promotionnels auront toujours leur place, Ford misera beaucoup sur l'angle sociétal dans sa stratégie marketing en 2014. «On a commencé l'année de façon agressive avec une pub d'image, dit Bertrand Lessard. Notre approche marketing est différente de celle du reste du pays et des États-Unis. On est extrêmement impliqués au Québec socialement. On pousse aussi le programme «Allons plus loin» dans la communauté.»

Dans deux semaines, Ford va livrer des voitures à la municipalité de Lac-Mégantic, pour une valeur de 125 000$. «Même si on existe d'abord pour vendre des voitures, on veut dire qu'on n'est pas que des vendeurs de chars», dit Bertrand Lessard.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer