Source ID:; App Source:

Un fonds activiste poursuit Washington au sujet de Fannie Mae et Freddie Mac

Pershing Square poursuit le gouvernement américain concernant les... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS)

Agrandir

Pershing Square poursuit le gouvernement américain concernant les conditions du sauvetage des sociétés de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac pendant la crise financière.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Pershing Square, le fonds de l'investisseur activiste américain Bill Ackman, poursuit le gouvernement américain concernant les conditions du sauvetage des sociétés de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac pendant la crise financière.

Selon des documents judiciaires consultés samedi par l'AFP, deux plaintes ont été déposées jeudi et vendredi devant des tribunaux fédéraux.

La première vise «les États-Unis d'Amérique» ainsi que Fannie Mae et Freddie Mac, la seconde le département du Trésor et son secrétaire Jacob Lew, ainsi que l'organisme de régulation des deux sociétés de refinancement (FHFA).

«Fannie» et «Freddie», qui garantissent des milliards de dollars de prêts immobiliers aux États-Unis, avaient été emportées par la crise des crédits hypothécaires à risque et placées en septembre 2008 sous la tutelle de l'État qui avait dû les renflouer massivement.

Pershing Square, qui dit être le plus gros actionnaire de Fannie et Freddie avec environ 10% des actions ordinaires, s'est allié à trois petits actionnaires de longue date des deux sociétés, les retraités Louise Rafter, Josephine Rattien et Stephen Rattien.

Les deux plaintes accusent en des termes assez similaires Washington d'avoir annihilé la valeur des titres détenus par les actionnaires avec une «confiscation» de Fannie et Freddie et de leurs bénéfices, et réclament des dédommagements.

Les actionnaires font valoir que la situation financière des deux entreprises s'est nettement améliorée depuis 2012, «avec la perspective de bénéfices exceptionnellement élevés à l'avenir».

Les deux organismes ont plus que remboursé toutes les aides publiques reçues, mais restent pour l'instant sous le contrôle de l'État à qui ils reversent presque tous leurs bénéfices sous forme de dividendes, ce que les plaignants jugent «illégal».

Les deux sociétés immobilières avaient encore annoncé la semaine dernière qu'elles paieraient 5,6 milliards de dollars de dividendes supplémentaires à l'État en septembre. Cela portera le total versé à 130,5 milliards pour Fannie Mae (pour 116,1 milliards d'aides reçues) et 88,2 milliards pour Freddie Mac (pour 71,3 milliards d'aides).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer