L'agence de notation Fitch envisage de baisser la note de 15 banques actives en Russie et de 9 groupes dont Gazprom, à la suite de la dégradation de la perspective de la note du pays, a-t-elle annoncé lundi.

Publié le 24 mars 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Soulignant «la probabilité accrue de la détérioration du soutien de l'État russe», Fitch abaisse la perspective de «stable» à «négative» de plusieurs banques russes liées à l'État dont Vnesheconombank et Sberbank, tout en confirmant leur note BBB qui correspond à celle de la dette souveraine russe, selon un communiqué.

L'agence a également abaissé la perspective de la note BBB- d'Alfa Bank, plus importante banque privée du pays, à «négative» ainsi celle que de dix filiales russes de banques étrangères, dont Raiffeisen, Citibank, HSBC et Crédit Agricole.

Fitch a selon un communiqué distinct abaissé de «stable» à «négative» les notes de neuf groupes dont celles du géant gazier Gazprom, du pétrolier Loukoïl, du monopole des chemins de fer RZD et du constructeur aéronautique Soukhoï.

L'agence de notation financière Fitch avait annoncé vendredi avoir dégradé la perspective de la Russie de stable à négative en raison des risques liés aux sanctions occidentales contre Moscou.

Ce changement de perspective signifie que l'agence pourrait abaisser prochainement la note de la Russie, fixée pour l'instant à «BBB», ce qui correspond à un émetteur de qualité moyenne, mais en mesure de faire face à ses obligations de manière adéquate.