Trois mois après avoir annoncé un vaste plan pour reconvertir 1,3 million de pieds carrés d'anciennes manufactures, les promoteurs du « District central Montréal », dans le quartier Ahuntsic, s'apprêtent à accueillir la conférence techno TEDxMontréal. Gros plan sur un secteur qui ambitionne de devenir le prochain Mile End ou Mile Ex.

Mis à jour le 21 oct. 2016
Maxime Bergeron LA PRESSE

DE QUOI PARLE-T-ON ?

Le « District central Montréal », ou DCMTL, comme ses promoteurs tentent de le faire connaître, se situe en périphérie du Marché Central, dans Ahuntsic-Cartierville. Les propriétaires de cinq gros immeubles se sont alliés en juin dernier pour lancer un plan de 20 millions sur quatre ans qui servira à moderniser leurs anciens bâtiments industriels. « C'est un projet de revitalisation du quartier, et on est rendus à prendre tous les espaces disponibles pour leur donner une deuxième, voire une troisième vie », explique Frédérick Lizotte, vice-président du développement commercial de DCMTL.

OBJECTIF : ATTIRER LES ENTREPRISES

Il suffit de se promener dans les rues Chabanel ou Louvain, près du boulevard Saint-Laurent, pour constater la quantité immense d'immeubles à reconvertir. Les cinq monolithes de béton compris dans la première phase de DCMTL totalisent à eux seuls 1,3 million de pieds carrés. Une superficie plus vaste que celle du 1250, René-Lévesque Ouest, gratte-ciel de 47 étages !

Les efforts déployés au cours de la dernière année ont déjà permis d'attirer plusieurs entreprises, comme les services de commerce en ligne de Sears, Cellutrak, Chic Marie ou encore Foodroom, jeune pousse financée par des investisseurs de l'émission Les dragons. DCMTL mise notamment sur ses bas prix - 10 $ le pied carré - pour séduire les nouveaux locataires.

FORTE CONCURRENCE

La concurrence est forte entre les anciens quartiers industriels de la métropole à la recherche d'une nouvelle vocation. Le Mile End, par exemple, s'est fait connaître pour avoir attiré Ubisoft et plusieurs autres entreprises techno. Le Mile Ex a, de son côté, séduit plusieurs institutions financières, comme la Banque TD. « Ces quartiers sont en croissance depuis plusieurs années, mais maintenant, avec plus de produits disponibles, les taux de vacance sont un peu plus élevés, et la demande est un peu moins forte qu'avant », indique Andrew Bissett, vice-président exécutif de la firme immobilière Jones Lang LaSalle. Il ajoute que certaines sociétés, comme la Banque Laurentienne, ont récemment choisi de consolider leurs activités au centre-ville en raison des conditions plus avantageuses.

EN PARALLÈLE AVEC MÉLANIE JOLY ?

Le projet de DCMTL survient au moment même où la députée d'Ahuntsic-Cartierville (et ministre du Patrimoine canadien), Mélanie Joly, pilote les efforts de redéveloppement du quartier Chabanel. Trois projets sont à l'étude pour donner un nouveau souffle à la rue Chabanel, dont un centre de recherche sur les textiles intelligents.

N'y a-t-il pas risque de confusion entre les deux démarches ? Frédérick Lizotte, de DCMTL, estime que non. « Les projets sont parallèles et complémentaires. Mélanie Joly travaille beaucoup pour redonner de la notoriété à la rue Chabanel ; on va également à l'ouest de l'Acadie. Si tout le monde met ses efforts dans la même direction, on va arriver à quelque chose. »

TEDxMONTRÉAL

L'équipe de DCMTL mise gros sur la conférence TEDxMontréal pour donner une visibilité accrue au quartier. Cet événement rassemblera 600 participants du milieu des technologies, du divertissement et du design dans un ancien entrepôt du secteur, le 12 novembre. Catherine Brosseau et Katy Yam, productrices de TEDxMontréal, se disent « emballées » de tenir leur conférence dans un espace jamais utilisé auparavant à des fins culturelles.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Frédérick Lizotte, vice-président du développement commercial de DCMTL

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Ce ne sont pas les immeubles à reconvertir qui manquent dans ce quadrilatère.