Source ID:; App Source:

Québec-Canada: le bilan des logements disponibles s'améliore

Si la situation s'est globalement améliorée, la disponibilité... (Photo Olivier Pontbriand, Archives La Presse)

Agrandir

Si la situation s'est globalement améliorée, la disponibilité des logements de grande taille est toutefois plus limitée.

Photo Olivier Pontbriand, Archives La Presse

La Presse Canadienne
Montréal

Le bilan du nombre de logements disponibles s'est amélioré au Québec et au Canada. Les taux d'inoccupation sont plus élevés, bien que l'offre, elle, demeure sensiblement inchangée.

L'Enquête sur les logements locatifs réalisée au printemps par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) révèle un taux moyen de 3,1% pour le Québec, un gain d'un point de pourcentage par rapport à la même période l'an dernier.

Kevin Hughes, économiste régional à la SCHL pour le Québec, affirme que les promoteurs immobiliers préfèrent toujours le segment de la copropriété. En revanche, la pression de la demande s'est amoindrie en raison de l'accès à la propriété et de l'exode de jeunes ménages hors Québec. Ces facteurs ont fait en sorte de diminuer la demande pour des logements locatifs.

Si la situation s'est globalement améliorée, la disponibilité des logements de grande taille est plus limitée. Les taux d'inoccupation des appartements de deux et de trois chambres sont de 2,5 et 2,9%, contre 3,8% pour les appartements d'une chambre.

À l'exception de la région de Trois-Rivières, partout au Québec les chiffres montrent une hausse significative du taux d'inoccupation. C'est particulièrement le cas à Québec et au Saguenay, où en 2012 le marché locatif était à 0,7%, contre 2,2 et 2,9% cette année.

Les régions où les locataires retrouvent le plus de choix sont Sherbrooke, avec un taux d'inoccupation de 4,6%, et Ottawa-Gatineau à 4%.

Cette tendance se retrouve dans tout le Canada, où le taux d'inoccupation est passé de 2,3% en 2012 à 2,7% en 2013. Là encore, l'attrait des autres types d'habitations, dont la formule condos, a fait en sorte de libérer des logements locatifs.

Les plus bas taux au pays sont enregistrés à Edmonton et Calgary, à 1,2%, et à l'autre extrême au Nouveau-Brunswick, avec 10,4% à Saint-Jean et 7,4% à Moncton.

Malgré la hausse du taux d'inoccupation au Québec, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) souligne que la situation demeure fragile et que le coût des loyers a augmenté. Du reste, si les bilans par régions se sont améliorés, les collectivités minières font toujours face à des pénuries qui n'ont pas été contrées. C'est le cas de l'Abitibi où les villes de Val-d'Or (0,1%), Amos (0,5%) et Rouyn-Noranda (0,6%) ont très peu de logements accessibles pour les résidants. Sur la Côte-Nord, Sept-Îles compte 0,9% de logements disponibles.

De son côté, l'Association des propriétaires du Québec (APQ) se dit préoccupée puisque plusieurs propriétaires n'ont toujours pas trouvé preneurs pour le 1er juillet et voient donc leurs investissements menacés. Ces propriétaires doivent aussi refaire leurs calculs pour payer leur hypothèque, a indiqué le président de l'Association, Martin Messier.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer