Le marché québécois de l'habitation devrait ralentir en 2011, a indiqué mercredi la Société canadienne d'hypothèque et de logement, lors d'une conférence au cours de laquelle elle a prédit un recul des mises en chantier et une stagnation de l'activité de revente dans la province.

LA PRESSE CANADIENNE

Après avoir profité de la relance de l'économie amorcée à la fin 2009, le marché québécois se retrouve dans un paysage moins dynamique en cette deuxième moitié de 2010, a expliqué l'agence.

La croissance économique est moins forte et la demande est moins soutenue, a noté l'économiste régional de la SCHL Kevin Hugues, ce qui lui permet d'anticiper un ralentissement pour 2011.

Selon la SCHL, les mises en chantier devraient diminuer de 10,6% l'an prochain au Québec, pour se chiffrer à 45 000. Le recul sera plus important pour les mises en chantier de logements collectifs, qui devraient céder environ 15%. Les mises en chantier de maisons individuelles devraient quant à elles retraiter d'environ 3%.

Le volume des reventes de maisons au Québec en 2011 devrait être semblable à celui de 2010, a poursuivi la SCHL, qui table sur 80 500 transactions conclues par l'entreprise du système du Service Interagences (SIA, ou MLS en anglais).

Le marché de la revente raffermira ainsi son équilibre, ce qui devrait faire en sorte que les prix progresseront plus lentement, a expliqué M. Hugues.