Source ID:; App Source:

REVENTE

La baisse des prix des maisons s'amène à Montréal

Bonnes nouvelles pour les acheteurs de maison ou de condo... mais elles sont... (Photo: Archives La Presse)

Agrandir

Photo: Archives La Presse

(Montréal) Bonnes nouvelles pour les acheteurs de maison ou de condo... mais elles sont plutôt mauvaises pour les vendeurs.

Le repli des prix de revente des propriétés résidentielles est désormais inévitable au Québec et surtout dans la région de Montréal, prévoient des économistes attentifs à l'immobilier.

 

Ce repli pourrait même atteindre 5 ou 6% par année en 2009 et en 2010, selon les économistes de la Banque TD, dans leur rapport immobilier pancanadien tout juste terminé.

Mais le repli des prix de revente attendu au Québec demeurera beaucoup moins prononcé que celui déjà en cours dans l'Ouest canadien et en Ontario.

Observation semblable du côté de la Banque Laurentienne, où l'économiste Sébastien Lavoie révise à la baisse ses attentes de prix moyen de revente des propriétés résidentielles.

«En début d'année, nous prévoyions un repli d'environ 5% échelonné sur 2009 et 2010. Mais depuis, la récession et le ralentissement du marché immobilier se sont accentués au point que nous nous attendons désormais à une baisse d'au moins 5% par année, en 2009 et en 2010», a indiqué M. Lavoie.

Au Mouvement Desjardins, aussi, les économistes qui gardent l'oeil sur l'immobilier résidentiel viennent de réviser à la baisse leurs prévisions de prix de revente dans l'immobilier résidentiel.

Le repli devrait être d'au moins 2% pour l'ensemble du Québec en 2009, et même de 3% dans la région de Montréal.

«Plus personne ne peut le nier. Le ralentissement de l'immobilier résidentiel est bel et bien enclenché au Québec. Et en particulier dans la région de Montréal, qui sera la plus touchée», a indiqué l'économiste Louis Gagnon, aussi le principal auteur du bulletin mensuel «Indice de l'habitation» de Desjardins.

À la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), l'économiste au bureau de Montréal, Bertrand Recher, est en voie de réviser ses prévisions de prix moyen de revente.

«En dépit d'une stabilité apparente, la tendance est de plus en plus baissière. Ce qui est sûr, c'est que les hausses de prix de revente des dernières années sont bien finies.»

Dans la région de Montréal, les plus récentes prévisions de la SCHL, faites en janvier, faisaient état de replis consécutifs du prix de revente d'au moins 1% par année en 2009 et en 2010.

Pour tout le Québec, la SCHL s'attendait à des baisses de 1,8% en 2009 et de 0,5% en 2010.

À la Banque Nationale, l'économiste qui surveille l'immobilier, Marc Pinsonneault, demeure pour sa part réservé quant à ses prévisions de prix moyens de revente.

«Je m'attends à une certaine baisse, mais pas encore de l'ampleur de ce que certains prévoient. Les plus récentes données de marché suggéraient une certaine résistance à la baisse de prix, malgré le déséquilibre croissant entre les nouvelles inscriptions (mises en vente) et le nombre de transactions.»

Quand on se compare...

Cela dit, tous les économistes consultés par La Presse Affaires s'attendent un repli des prix moyens de revente au Québec et à Montréal qui sera beaucoup moins prononcé qu'ailleurs au Canada.

En particulier l'Alberta et la Colombie-Britannique où, après des années de boom, l'immobilier résidentiel frôle le krach à l'américaine.

La rechute des prix moyens de revente devrait atteindre au moins 20% en 2010 par rapport à leur niveau de 2008, prévoient les économistes de la Banque TD dans leur plus récent rapport immobilier.

Et en Ontario, le principal voisin économique du Québec, les économistes de la TD s'attendent à un repli de l'ordre de 12% en 2009 et de 2% en 2010.

 




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer