Source ID:485320; App Source:cedromItem
Exclusif

Cimenterie de Port-Daniel: plus de 300 millions de la Caisse de dépôt et du fédéral

L'emplacement visé pour la cimenterie de Port-Daniel a... (Photo collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

L'emplacement visé pour la cimenterie de Port-Daniel a été déboisé en 1998.

Photo collaboration spéciale Gilles Gagné

La cimenterie de Port-Daniel, en Gaspésie, pourra compter sur l'appui de la Caisse de dépôt et placement du Québec et du gouvernement du Canada, en plus de l'apport de 350 millions du gouvernement du Québec, a appris La Presse.

Les détails du projet de 1 milliard de dollars du promoteur Ciment McInnis seront annoncés ce matin au cours d'une conférence de presse en Gaspésie. Le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt, Michael Sabia, sera présent.

L'intérêt de la Caisse pour Port-Daniel ne date pas d'hier. Dans les années 1990 et 2000, l'institution financière avait allongé en plusieurs tranches près de 10 millions dans un projet semblable au même endroit, qui ne s'est pas réalisé.

Selon nos informations, la Caisse fait aujourd'hui équipe avec la société Beaudier, de la famille Beaudoin-Bombardier, dans le capital-actions de la future cimenterie. La Caisse injectera 75 millions, tandis que la famille Beaudoin-Bombardier fournira environ 135 millions. Les deux partenaires brassent déjà des affaires ensemble au sein du fabricant de motoneiges BRP.

Par ailleurs, La Presse a appris que la cimenterie bénéficiera d'un prêt de 250 millions d'un consortium formé d'une agence du gouvernement fédéral et d'une institution bancaire.

Exportation

La cimenterie de la Baie-des-Chaleurs est un projet essentiellement tourné vers l'exportation, nous dit-on. Les cimenteries de l'est du continent sont vieillottes et peu productives. Selon les études des promoteurs, une usine moderne, aux normes du jour et respectant les normes environnementales gagnera des parts de marché aux États-Unis au détriment de concurrents américains dans une période de reprise des chantiers de construction.

La Presse a annoncé plus tôt cette semaine que le bras investisseur du gouvernement provincial, Investissement Québec, avancera un prêt de 250 millions tout en participant au capital-actions de la cimenterie pour 100 millions. Il s'agirait d'une des cinq plus importantes interventions financières de l'histoire du gouvernement du Québec. Le montage financier sera complété par des acteurs privés.

L'investissement de 1 milliard mise sur la grande qualité du calcaire de la région destiné à la fabrication de ciment. Les partenaires sont conscients du risque, mais constatent que le promoteur Ciment McInnis est déjà très actif, ayant notamment un bureau de représentation à Washington.

L'argent venant du fédéral sera avancé en échange d'une garantie prioritaire en cas de difficulté, tandis que celui d'Investissement Québec serait de second rang, mais à taux d'intérêt plus élevé.

L'industrie du ciment est loin d'être convaincue de la pertinence du projet. Hier, l'Association canadienne du ciment a rendu publique une étude qui démontre que le marché nord-américain sera en surcapacité jusqu'en 2020. D'après Michel Binette, vice-président, affaires juridiques, publiques et gouvernementales, il est évident que la mise en service d'une nouvelle cimenterie en Gaspésie se traduira par des pertes d'emplois aux installations existantes de Saint-Constant, Joliette et Portneuf, qui donnent du travail à environ 300 personnes.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer