Quincaillerie Richelieu (T.RCH) a déjà promis de réaliser trois acquisitions dans les prochaines semaines. La première a abouti hier, avec l'annonce de l'achat des Matériaux industriels Gordon, de Montréal.

Stéphane Paquet LA PRESSE

Gordon distribue des composants de portes et de panneaux muraux décoratifs, des produits que Richelieu n'avait pas dans ses catalogues. «Ça s'ajoute à nos gammes de produits», souligne le président et chef de la direction de Richelieu, Richard Lord, pour justifier l'acquisition.



Sans dévoiler le prix précis, il souligne que de petits joueurs du secteur de la quincaillerie ont connu des temps difficiles avec la dernière récession, ce qui les rend plus attrayants pour les acheteurs.

Richelieu a elle-même connu des temps difficiles du côté américain dans les derniers mois, une situation qui s'améliore. «On voit une légère remontée pour nous», confie encore M. Lord.

Dans les prochaines semaines, Richelieu devrait préciser les détails de deux autres acquisitions. Lors de la publication de ses résultats, au début du mois, Richelieu avait en effet annoncé la signature de trois ententes de principe. L'acquisition de Gordon est la première à être annoncée.

Les ventes de Gordon sont de l'ordre de 15 millions de dollars annuellement. La quinzaine de personnes qu'emploie l'entreprise resteront chez Richelieu.

Gordon possède des centres de distribution à Montréal et à Mississauga en Ontario. Les deux autres acquisitions pressenties desservent le marché de l'Ouest canadien et de la Nouvelle-Angleterre.

Au total, Richelieu prévoit dépenser environ 15 millions pour ces trois entreprises qui, ensemble, représentent des ventes additionnelles de 50 millions, sur un chiffre d'affaires de plus de 400 millions.

Hier, le titre de Richelieu a perdu 11 cents à 25,25$. Depuis un an, le titre du quincaillier a pris 42%. Il se rapproche ainsi de son sommet de tous les temps à 26$, atteint il y a cinq ans.