Source ID:; App Source:

Le pétrole monte un peu, résistant à des chiffres défavorables aux États-Unis

Le baril de light sweet crude (WTI) pour... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre a perdu 39 cents pour terminer à 56,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Agence France-Presse
New York

Les cours du pétrole ont légèrement monté mercredi après des chiffres dans l'ensemble défavorables au sujet de l'offre américaine, avec notamment une hausse des stocks de brut à un nouveau record.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 12 cents à 51,15 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

À Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a pris 19 cents à 54,36 dollars sur le contrat pour livraison en juin à l'Intercontinental Exchange (ICE).

Après un début de séance en pleine forme, le marché a ralenti sous le coup «d'un rapport défavorable du département de l'Énergie (DoE) (...) avec une nouvelle hausse des stocks de brut», a résumé James Williams de WTRG.

Selon les chiffres du DoE, les stocks de pétrole brut ont battu un nouveau record la semaine dernière, alors que les experts compilés par l'agence Bloomberg espéraient une légère baisse.

La déception était d'autant plus rude que la fédération privée American Petroleum Institute (API), qui publie toujours ses propres estimations la veille du DoE, avait annoncé un net recul des réserves de brut.

«Avec ses chiffres encourageants d'hier, l'API a donné de faux espoirs au marché (...) qui est revenu sur l'essentiel de sa hausse du début de séance», a reconnu dans une note Matt Smith, de ClipperData.

Les autres détails du rapport du DoE étaient largement aussi négatifs, avec des baisses bien plus minimes que prévu des stocks d'essence et de produits distillés (fioul de chauffages), ainsi qu'une nouvelle hausse de la production américaine.

Baisse des importations

De plus, les stocks de brut «ont atteint un nouveau record au terminal de Cushing, qui sert de base à la cotation du pétrole au Nymex», a souligné M. Williams. «Tout cela met le marché sous pression et l'empêche d'aller plus haut.»

Pour autant, les cours sont parvenus à conclure la séance dans le vert, malgré le peu de prise que laissait le rapport du DoE.

«La seule chose positive, c'est que les importations ont baissé», a avancé M. Williams. «Peut-être que l'on commence à constater des effets des baisses de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) même s'il est trop tôt pour en être sûrs après une semaine.»

Les membres de l'OPEP et d'autres pays, comme la Russie, s'imposent depuis janvier des plafonds de production, ce qui pour l'heure tarde à se faire sentir dans les stocks mondiaux.

La séance de mardi avait toutefois été marquée par une vague d'espoirs sur le sujet, certaines données privées faisant état d'un recul des réserves pétrolières actuellement en transit maritime à travers le monde.

En plus de ces éléments, les analystes de JBC Energy rappelaient que le début de semaine n'avait pas manqué de «nouvelles poussant les prix vers le haut».

Ils citaient «l'arrêt temporaire de la production du champ de la mer du Nord de Buzzard, ainsi que des productions plus faibles qu'attendues au Nigeria et en Azerbaïdjan».




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer