Source ID:; App Source:

L'OPEP affiche un message d'unité mais s'inquiète des investissements

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a montré jeudi à Vienne... (Photo archives AP)

Agrandir

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Juliette RABAT
Agence France-Presse
Vienne

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a montré jeudi à Vienne un visage plus serein dans un marché en plein redressement, même si elle n'est pas parvenue à s'entendre sur un plafond de production et s'est montrée inquiète du bas niveau d'investissement dans le secteur.

« Je crois que cette fois-ci, il y a eu une unité vraiment bonne entre les membres de l'OPEP et je n'ai perçu aucune animosité entre ceux-ci pour s'opposer aux autres afin de déstabiliser le marché », a commenté le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh à sa sortie de la réunion semestrielle du cartel.

Un peu plus tôt, le nouveau ministre saoudien de l'Énergie Khaled al-Faleh avait également assuré que Ryad, accusé d'avoir délibérément laissé couler ses robinets d'or noir depuis 2014 afin de maintenir à tout prix ses parts de marché, serait très « doux » dans son approche et ferait en sorte de ne pas « brusquer le marché ».

« Le front globalement uni et plutôt positif qui a émergé à la fin de la réunion a rendu le marché confiant sur le fait qu'il n'y a aucun combat interne au sein de l'OPEP consistant à utiliser les augmentations de production comme un outil politique ou économique contre les autres membres », a estimé Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb Markets.

Pour preuve de cette bonne volonté, qui contraste avec l'ambiance tendue du mois de décembre, les treize pays membres du cartel - qui seront rejoints en juillet par le Gabon - sont enfin parvenus à s'entendre sur la nomination d'un nouveau secrétaire général, le Nigérian Mohammed Barkindo, qui succède au Libyen Abdallah el-Badri, en poste depuis 2007.

Ainsi, pour M. Schieldrop, même s'il paraît clair que l'Iran va continuer à augmenter sa production, cela ne semble plus signifier automatiquement que l'Arabie saoudite réagira en faisant de même alors que les finances du royaume, qui tire l'essentiel de ses revenus de la manne pétrolière, ne sont pas sorties indemnes de la dégringolade des cours depuis deux ans.

« Les prix sont montés trop haut, ils sont descendus trop bas et sont restés trop bas durant trop longtemps selon moi », a estimé Khaled al-Faleh, ajoutant qu'il espérait que les prix du pétrole, actuellement à la hausse, allaient atteindre un point d'équilibre permettant d'encourager l'investissement, mais pas trop afin de ne pas retomber dans un cycle de surabondance d'or noir.

Urgent besoin d'investissements

Si l'optimisme affiché par l'OPEP s'explique aussi en grande partie par la nette reprise des prix du pétrole depuis le début de l'année, justifiant selon elle qu'aucun plafond de production n'ait été annoncé, le cartel n'a toutefois pas caché sa préoccupation concernant un « niveau très bas » d'investissements prévalant actuellement dans l'industrie pétrolière.

« La Conférence a observé que, depuis la dernière réunion de décembre 2015, les prix du pétrole brut ont grimpé de plus de 80%, l'offre et la demande convergent », ce qui prouve que « le marché est engagé dans un processus de rééquilibrage », a fait valoir le cartel.

« Nous ne sommes pas en position de discuter de la mise en place d'un plafond, car selon nous la stratégie (de l'OPEP) fonctionne, le marché réagit vraiment positivement », a abondé le ministre émirati de l'Énergie Suhail al-Mazroui, précisant que son pays ne comptait pas non plus augmenter sa production.

L'OPEP, qui produit environ un tiers du brut mondial, a pompé quelque 32,3 millions de barils par jour (mbj) au premier trimestre 2016, tandis que la production saoudienne a atteint à elle seule 10,13 mbj de janvier à avril (+3,5% sur un an).

Mais en dépit de la reprise des cours, le cartel n'a pas manqué de souligner dans son communiqué « le besoin d'une augmentation des investissements en amont afin d'atteindre un équilibre à long terme sur les marchés pétroliers ».

Selon l'Agence internationale de l'Énergie (AIE), les investissements dans l'exploration-production devraient chuter pour la deuxième année consécutive en 2016: après un recul de 24% l'an passé, ils devraient à nouveau diminuer de 17% cette année, ce qui laisse plusieurs analystes penser que le marché pourrait même être confronté à un déficit d'offre dès l'an prochain.

« Les producteurs, que ce soit au sein de l'OPEP ou non, et les consommateurs sont convaincus qu'un prix juste est nécessaire pour tout le monde afin d'obtenir un retour sur investissement raisonnable et investir dans l'industrie », a insisté le ministre qatari de l'Énergie Mohammed ben Saleh al-Sada, qui présidait la Conférence du cartel.

Reste à savoir quel fameux « prix juste » permettrait à la fois d'encourager à nouveau les investissements sans toutefois compromettre une demande en hausse et voir ressurgir en force la concurrence du pétrole de schiste américain.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer