Source ID:; App Source:

Le pétrole baisse à New York, après une hausse inattendue des stocks de brut

Les cours du pétrole brut ont fini en baisse mercredi à New York après... (Photo archives AFP)

Agrandir

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole brut ont fini en baisse mercredi à New York après l'annonce d'une hausse inattendue des stocks américains, qui a relancé les inquiétudes sur la surabondance d'offres.

À l'issue d'une séance raccourcie à la veille d'une fermeture des marchés pour Noël, le prix du baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février a cédé 1,28 dollar sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 55,84 dollars.

Déjà en baisse à l'ouverture, les cours se sont encore plus inclinés après la publication des réserves hebdomadaires de pétrole des États-Unis, par le département de l'Énergie (DoE), qui a fait état d'une hausse de 7,3 millions de barils de brut, contrairement à ce qu'attendaient les analystes.

«Le rapport sur les stocks semble avoir réveillé les préoccupations du marché sur la tiédeur de la demande et l'excès d'offre», a jugé Gene McGillian, de Tradition Energy. «Le marché va repartir en quête d'un prix plancher.»

Depuis une semaine, le cours du pétrole brut change de direction à chaque séance, se maintenant sous le seuil des 60 dollars, alors qu'il a déjà perdu près de la moitié de sa valeur depuis la mi-juin.

«Nous louvoyons entre des niveaux qui ne changent pas, sans véritable tendance à la hausse ou à la baisse, ce qui devrait continuer d'ici la fin de l'année «, a souligné Carl Larry, de Frost & Sullivan.

Alors que le marché reste sous pression quant à la surabondance de l'offre, la hausse des stocks américains montre «qu'il y a beaucoup de pétrole aux États-Unis, alors que rien n'indique que la chute des cours ait pour le moment stimulé la demande», a prévenu Gene McGillian.

De plus, les investisseurs ont fait face à un «barrage» de mauvaises nouvelles cette semaine avec notamment l'annonce de l'Arabie saoudite sur l'impossibilité de réduire sa production, même si les prix tombaient à 20 dollars le baril, a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com.

«Les cours du pétrole ont été aidés ces derniers jours par des prises de bénéfices, mais les prix sont toujours sous pression à cause du manque de demande», a-t-il insisté.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer