Pratt & Whitney Canada (P&WC) est sur le point de se trouver un partenaire avionneur qui acceptera de faire voler un appareil à l'aide de biocarburants.

Marie Tison LA PRESSE

«Nous sommes en négociations, ça va bien, a déclaré le responsable du dossier des biocarburants chez P&WC, Sam Sampath, au cours d'une séance d'information organisée pour les médias hier. Il y aura une annonce d'ici la fin de l'année, peut-être à l'occasion d'un salon aéronautique.»

P&WC a entrepris divers projets de recherche sur l'utilisation de biocarburants, notamment dans le cadre d'un partenariat public-privé impliquant des entreprises canadiennes et indiennes. Les partenaires indiens travaillent notamment sur la graine de jatropha, plante originaire de l'Amérique centrale qui s'est propagée dans plusieurs régions tropicales et sous-tropicales, notamment en Inde. Les partenaires canadiens regardent plutôt du côté de la cameline, qui pousse plutôt aux États-Unis et dans les régions plus nordiques. On en trouve notamment en Saskatchewan.

M. Sampath a indiqué que les algues avaient également beaucoup de potentiel, mais à plus long terme.

Avant de faire voler un appareil propulsé par des biocarburants, P&WC et ses partenaires doivent faire des études sur la combustion proprement dite, mais aussi sur la compatibilité des matériaux des moteurs avec ces nouveaux carburants. C'est que la chaleur dégagée par les biocarburants est de 1 à 1,5% supérieure à celle dégagée par le carburant conventionnel.

Bombardier s'est également montrée intéressée par les biocarburants, mais elle n'a pas voulu indiquer si elle était sur le point de s'engager à participer à des essais en vol.

Le porte-parole de Bombardier Aéronautique, Marc Duchesne, a simplement indiqué que Bombardier faisait partie de regroupements comme la Commercial Aviation Alternative Fuels Initiative et la Society of American Engineers, qui font de la recherche sur la question des carburants.

Il a toutefois rappelé que la diminution des émissions de gaz à effet de serre ne dépendait pas uniquement du type de carburant utilisé, mais aussi de la conception des appareils.

«Il faut dessiner des avions plus efficaces, au profil aérodynamique amélioré, équipés de moteurs plus efficaces, a-t-il déclaré. Comme la CSeries.»

P&WC est présentement en train de développer un nouveau moteur, le PW800, qui équipera la CSeries et le Mitsubishi Regional Jet (MRJ). Le motoriste peut effectuer certaines études sur l'utilisation de biocarburants avec ce moteur, mais jusqu'à un certain point.

«Nous ne pouvons pas travailler en isolation, a déclaré le vice-président de P&WC responsable du programme PW800, Dan Breitman. Il faut travailler en partenariat avec les avionneurs. Nous en avons parlé avec eux, mais de façon informelle.»