Source ID:606227; App Source:cedromItem

Portrait: Nathalie Rivard, adjointe de direction

Nathalie Rivard est adjointe de direction au sein... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Nathalie Rivard est adjointe de direction au sein de l'équipe des communications de l'Université Concordia.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'avais 19 ans quand le hasard m'a amenée à poser ma candidature pour un emploi de réceptionniste dans le bureau d'un parti politique. J'ai eu la piqûre pour la politique... et les tâches administratives!

En quoi consiste votre travail?

Ma priorité est de soutenir l'équipe de direction du service des communications de l'Université Concordia dans leurs tâches. Je m'occupe de la gestion de leur agenda et de leur correspondance. Je participe aux réunions du comité de gestion et aux séances de planification annuelle. J'y prends les notes et assure les suivis. Mon mandat est toutefois beaucoup plus large, car je gère toutes les demandes des employés de notre service concernant les ressources humaines, comme les congés parentaux et les vacances. Je prends en charge des projets ponctuels pour notre secteur. Je supervise la gestion des lieux physiques de notre bureau, les achats de fournitures, ainsi que le travail du personnel administratif.

Qu'avez-vous fait comme études?

Un DEC en lettres et un certificat en gestion.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Au sein du parti politique pour lequel je travaillais, on m'a ensuite offert le poste de secrétaire de direction au cabinet du premier ministre. J'y suis restée pendant cinq ans. Par la suite, j'ai travaillé comme adjointe de direction dans une agence de publicité avant de me joindre à l'équipe des communications de Concordia en 2007.

Décrivez une journée typique de travail.

En arrivant au bureau, je consulte les courriels. Je revois la planification quotidienne des directeurs et je prépare les documents nécessaires pour leurs réunions. Puis, je me consacre à mes tâches administratives et aux nombreux imprévus qui surviennent chaque jour.

Quel est votre plus grand défi?

Jongler avec différentes tâches en même temps, tout en composant avec les urgences sans perdre de vue les priorités de la journée. Je veille aussi à ne pas surcharger l'horaire des directeurs. Beaucoup de gens les réclament, mais je leur laisse du temps pour qu'ils puissent souffler.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

Le contact humain. J'aime aussi contribuer à faciliter les échanges entre notre service et les autres secteurs de l'université.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Mon métier n'est pas celui de la secrétaire traditionnelle des années 50. Les activités y sont diversifiées et exigeantes. C'est aussi un poste qui demande une bonne écoute et une grande discrétion, car les gens se confient souvent à nous.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Une bonne maîtrise du français, de l'anglais et des logiciels de bureau. Il faut être discrète et diplomate, savoir gérer son temps et son stress (et celui des autres).

En chiffres

Personnes en emploi (2012): 15 000

Perspectives d'emploi (2013-2017): favorables

Taux de chômage (2012): faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017): modérée

Salaire horaire moyen: 22 $




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer