Source ID:362521; App Source:cedromItem

Dominique Lacourse, infirmière auxiliaire en salle d'opération

Dominique Lacourse, infirmière auxiliaire en salle d'opération... (Photo fournie par l'Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec)

Agrandir

Dominique Lacourse, infirmière auxiliaire en salle d'opération

Photo fournie par l'Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

«Je cherchais un travail manuel où j'allais bouger mais qui nécessite des connaissances.»

En quoi consiste votre travail?

«Certains jours, je travaille en interne, donc dans la salle d'opération en équipe avec une infirmière. Je porte la blouse, le couvre-chef, les gants, le masque et je donne les instruments au chirurgien. D'autres jours, je travaille en externe, donc à l'extérieur de la salle; je m'assure que tout est correct au niveau du matériel et de l'appareillage, je remplis des documents.»

Qu'avez-vous fait comme études?

«Le DEP en santé, assistance et soins infirmiers. En arrivant au bloc opératoire, il faut aussi faire une formation.»

Quel a été votre cheminement professionnel?

«Avant de terminer mes études, j'ai envoyé plusieurs CV, et les employeurs se sont mis à m'appeler. J'ai choisi l'hôpital Notre-Dame, au CHUM. Au début, j'avais un poste à temps partiel en soins prolongés et je travaillais aussi dans un centre d'hébergement. Ensuite, j'ai postulé au bloc opératoire de l'hôpital Notre-Dame pour un poste à temps plein.»

Décrivez une journée type de travail.

«En arrivant, je vérifie quelle salle et quel chirurgien on m'a assignés. Je consulte la liste des opérations prévues, et nous décidons qui travaillera en interne et en externe. Nous allons chercher les instruments et le matériel requis, puis nous vérifions l'appareillage. Ensuite, le patient est amené en salle, et nous devons vérifier souvent l'information pour minimiser les risques d'erreur. Après l'opération, un préposé nettoie la salle, puis je sors le matériel pour le cas suivant.»

Quel est votre plus grand défi?

«Ne jamais faire d'erreur, car le potentiel de danger est grand.»

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

«C'est un travail en constante évolution. Il y a toujours de nouveaux instruments, de nouveaux appareils, de nouvelles façons de travailler.»

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

«Les gens ne font pas la différence entre les infirmières et les infirmières auxiliaires. Les infirmières ont des actes délégués, comme l'évaluation de patients.»

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

«Un très bon sens de l'observation, de la dextérité manuelle, beaucoup d'empathie et de sang-froid. Si nous recevons un patient en hémorragie, il ne faut pas perdre ses moyens.»




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer