Source ID:; App Source:

La SAQ veut se départir de sa participation dans Twist

L'aventure de la Société des alcools du Québec (SAQ) dans Twist - chargée de... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

L'aventure de la Société des alcools du Québec (SAQ) dans Twist - chargée de gérer ses activités internationales - n'aura finalement duré que quelques années, puisque la société d'État désire vendre la participation qu'elle détient dans sa filiale.

Dans son rapport annuel dévoilé vendredi, la SAQ justifie cette décision, prise lors du dernier exercice, par un «repositionnement stratégique» ainsi qu'une révision des objectifs de «création d'emplois au Québec».

Les résultats de cette société en commandite créée en 2010 n'ont vraisemblablement pas répondu aux attentes. Sa perte a été de 7 millions $ pour l'exercice 2013-2014, de 2,8 millions $ l'année précédente et de 1,1 million $ en 2011.

«Nous aurions souhaité accroître notre pouvoir d'achat mais (...) nous nous sommes rendus compte que ce n'était pas la formule qui pouvait le mieux nous servir», a indiqué une porte-parole, Linda Bouchard, au cours d'un entretien.

Dans son rapport, la SAQ dit avoir bon espoir de conclure une transaction quant à Twist au cours du premier semestre.

«Nous sommes en pourparlers avec un acquéreur potentiel, a indiqué la porte-parole de la société d'État. Je ne serai pas trop bavarde, mais nous souhaitons que tout cela soit conclu d'ici le mois de septembre.»

Depuis sa mise en place, à la fin de 2010, Twist avait effectué quelques transactions, dont une en Chine et une autre en Alberta, mais rien de majeur.

Les choses ont rapidement progressé du côté des États-Unis, puisqu'en 2011, Twist avait mis la main sur le site de vins de prestige JJ Buckley, dont la croissance s'est accélérée grâce aux investissements réalisés par la coentreprise québécoise.

Cela avait incité la SAQ à mettre en veilleuse ses ambitions de devenir un grossiste international en vins pour plutôt se concentrer sur le commerce en ligne aux États-Unis.

«Nous avons été prudents depuis 2010 et là où nous sommes, il faudrait investir davantage, a indiqué Mme Bouchard. Il y a un potentiel, mais nous allons donner le relais à quelqu'un d'autre.»

La SAQ détient 50% du capital-actions de Twist, alors que le Fonds de solidarité FTQ et Fondaction CSN possèdent chacun 25% de la coentreprise.

Dividende moins élevé

La SAQ versera par ailleurs un dividende un peu moins élevé que l'an dernier au gouvernement du Québec, ses profits ayant reculé au cours de l'exercice 2013-2014 terminé le 29 mars dernier.

La société d'État a affiché un résultat net de 1,003 milliard $, en recul de 2,62% par rapport à 1,03 milliard $ lors de l'exercice précédent. Il s'agit néanmoins de la deuxième fois où la SAQ versera un dividende de plus d'un milliard $ à son actionnaire.

Les ventes de la société ont progressé de 1% pour se situer à 2,935 milliards $.

En dépit de ventes en hausse, la SAQ justifie le versement d'un dividende moins élevé à Québec en raison de ses charges nettes, qui ont augmenté de 5,7% pour totaliser 551,5 millions $.

La société d'État explique cette variation notamment par «l'augmentation du prix des loyers dans le secteur commercial ainsi que la hausse des dépenses reliées à l'occupation des immeubles».

Le décalage des ventes de la fête de Pâques dans l'exercice précédent est également l'un des facteurs qui expliquent ces résultats.

Par secteur, les ventes de vins tirées de l'ensemble des réseaux de vente et de distribution de la SAQ ont progressé de 1,4%, ou 30,5 millions $, à 2,21 milliards $.

Les ventes de spiritueux ont été de 639 millions $, en hausse de 0,8%, ou 5,2 millions $.

Un recul a cependant été enregistré du côté des bières importées et artisanales, dont les ventes ont fléchi de 8,7% pour s'établir à 82,3 millions $.

Quant aux résultats du quatrième trimestre, la SAQ a vu son bénéfice net fléchir de 7,4%, passant de 175,8 millions $ à 162,8 millions $. Les ventes sont demeurées stables, à 566,2 millions $, par rapport à 566,4 millions $ au quatrième trimestre de 2013.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer