Les «1 %» canadiens ont vu leur part de revenus se réduire

Pour faire partie du club sélect des «1... (PHOTO PAWEL DWULIT, ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Pour faire partie du club sélect des «1 %» en 2012, Statistique Canada a estimé qu'on devait déclarer un revenu total d'au moins 215 700 $, une hausse de 3000 $ par rapport à 2011.

PHOTO PAWEL DWULIT, ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Statistique Canada indique que le «1 %» des Canadiens les plus riches ont vu leur part des revenus totaux au pays se réduire un peu par rapport aux autres 99 %, atteignant même leur plus bas niveau en six ans.

Les «1 %» détenaient une part de 10,3 % des revenus totaux en 2012 au Canada, une baisse par rapport à 10,6 % en 2011, et une part bien inférieure au sommet historique de 12,1 % atteint en 2006, indique l'agence fédérale.

Par contre, la part du revenu des «1 %» au Québec a quant à elle augmenté «modérément» de 2011 à 2012, précise Statistique Canada. Au Nouveau-Brunswick, cette part a également augmenté «légèrement» durant la même période.

Pour faire partie du club sélect des «1 %» en 2012, Statistique Canada a estimé qu'on devait déclarer un revenu total d'au moins 215 700 $, une hausse de 3000 $ par rapport à 2011.

Statistique Canada note par ailleurs que la situation au Canada tranche avec celle observée aux États-Unis, où la part du revenu des «1 %» a augmenté, pour passer de 18 % en 2006 à 19,3 en 2012.

L'agence souligne aussi que les Canadiennes étaient presque deux fois plus présentes dans les «1 %» en 2012 qu'en 1982; ainsi, un «super-riche» sur cinq en 2012 était une femme.

Enfin, même si l'Ontario possède toujours la plus grande proportion des «1 %» au pays en 2012, avec 41,5 %, cette proportion n'a cessé de diminuer depuis qu'elle a atteint un sommet de 51,7 % en 2000.

La proportion de «1 %» vivant au Québec était relativement stable durant la période, passant de 17,2 % en 2000 à 16,6 % en 2012, indique Statistique Canada. Le Nouveau-Brunswick, le Manitoba et la Nouvelle-Écosse ont tous vu diminuer la proportion de leurs «super-riches» entre 2000 et 2012.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer