Le dirigeant de Postes Canada et celui du syndicat des postiers se sont rencontrés, jeudi, au deuxième jour du lock-out décrété par la société d'État.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE CANADIENNE

Cette réunion a eu lieu alors que plane la menace d'une loi spéciale qui forcerait le retour au travail des postiers.

Lisa Raitt, la ministre fédéral du Travail, a prévenu qu'elle pourrait déposer dès lundi un tel projet au Parlement.

C'est le président du Syndicat des travailleurs et des travailleuses des postes, Denis Lemelin, qui avait demandé la rencontre de jeudi.

Par ailleurs, Postes Canada a confirmé qu'une entente avait déjà été conclue avec les syndiqués pour assurer la livraison des différentes prestations sociales lundi prochain.

Ce type d'entente existe depuis le conflit de 1991 alors que les syndiqués avaient offert à leur employeur de livrer les chèques aux personnes âgées forcées de faire la file pendant des heures, a expliqué à la Presse Canadienne le président de la section locale de Montréal du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes Alain Duguay. Un montant forfaitaire de 50 $ sera versé à chaque employé volontaire qui accepte de trier ou livrer les prestations sociales, peu importe le temps que cela demandera. Mais il ne s'agit pas de journée complète.

Pour sa part, Anick Losier, porte-parole de Postes Canada, avait déclaré que les employés seraient payés pour leur temps.

Au fédéral, les chèques du régime de pensions du Canada et les prestations fiscales pour les enfants seront notamment livrés.

Seuls l'Alberta et le Québec ont demandé à la société d'État de continuer à livrer leurs chèques. Les bénéficiaires québécois du régime des rentes, de l'aide à l'enfance et de la sécurité du revenu continueront donc à recevoir les sommes auxquelles ils ont droit.

Le gouvernement du Québec a fait savoir jeudi, en fin de journée, par voie de communiqué, qu'il prenait des mesures pour assurer la continuité de sa prestation de services. Les chèques du mois de juillet d'aide sociale et de solidarité sociale, ceux du Régime de rentes du Québec et ceux du Soutien aux enfants seront livrés directement chez les destinataires le 20 juin 2011 par l'entremise des services essentiels offerts par Postes Canada. De plus, le gouvernement remettra de main à main certains chèques du mois de juin de programmes gouvernementaux dans des centres de distribution ouverts temporairement.

Les chèques qui seront distribués de main à main proviennent de la Commission de la santé et de la sécurité du travail, du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale et de Revenu Québec. Il s'agit généralement de sommes auxquelles des personnes ont droit pour assurer leur subsistance (payer leur loyer, leur nourriture, etc.). Les centres de distribution seront ouverts les mardi 21 et mercredi 22 juin de 9 h à 20 h ainsi que le jeudi 23 juin de 9 h à 18 h. La majorité des centres de distribution sont situés dans les centres locaux d'emploi (CLE).

Pour savoir quels chèques seront distribués et trouver le centre de distribution de leur localité, les citoyens doivent visiter le Portail gouvernemental de services, à l'adresse servicesquebec.gouv.qc.ca. Ils peuvent aussi communiquer avec le Centre de relations avec la clientèle de Services Québec.

La direction de Postes Canada s'est adressée directement à ses employés à travers deux vidéos mises en ligne jeudi.

Dans l'enregistrement en français, le chef de l'exploitation de Postes Canada, Jacques Côté, affirme que le lock-out a a été une décision difficile à prendre, mais constituait le meilleur moyen pour «mettre une fin rapide au conflit de travail en cours».

Les grèves tournantes ont coûté 100 millions $ à la société d'État, a soutenu M. Côté.

Les syndiqués de Postes Canada ont effectué plus d'une dizaine de jours de grèves tournantes partout au pays avant que l'employeur ne décrète un lock-out en fin de soirée mardi.