Des producteurs de porcs indépendants poursuivent en Cour supérieure la Financière agricole, qu'ils jugent responsable de leurs difficultés financières.

Mis à jour le 16 nov. 2012
Marie Allard LA PRESSE

Vingt-neuf éleveurs porcins, dont plusieurs ont fait faillite, ont déposé ce recours. Plus d'une centaine d'autres producteurs envisagent de se joindre à la poursuite, a indiqué Me Gérard Samet, leur avocat.

Ces agriculteurs ont investi «à la demande pressante du gouvernement qui souhaitait, au début des années 2000, une filière porcine performante», selon un document transmis par l'avocat.

Dix ans plus tard, aux prises avec un énorme déficit, la Financière a réduit de 110 000 $ par année les compensations financières moyennes versées aux fermes porcines. Cela a rendu impossible le remboursement des emprunts contractés pour se moderniser.

La Financière agricole ne commentera pas la poursuite, puisqu'il s'agit d'une démarche juridique «, a déclaré Mélanie Fiset, porte-parole de l'organisme financier.

Rien à annoncer « pour le moment «

Le vent a tourné depuis l'arrivée de Robert Keating, nouveau président-directeur général de la Financière, en mai.

«On a maintenant une meilleure collaboration «, a assuré David Boissonneault, président de la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ). La Financière va bientôt réétudier le cas de tous ses clients producteurs de porcs, afin de leur proposer un scénario d'avenir, annonce M. Boissonneault.

« Pour ceux qui sont rendus à quitter la production, la Financière va essayer de trouver la manière la plus élégante de le faire «, a-t-il souligné.

En plus, la FPPQ demande à Québec des programmes ciblés pour aider davantage les producteurs indépendants. « Il n'y a rien qu'on peut annoncer pour le moment «, a dit Maxime Couture, attaché de presse du ministre de l'Agriculture, François Gendron.