(Washington) Les risques pour la stabilité financière aux États-Unis se sont accrus ces six derniers mois, a alerté lundi la banque centrale américaine (Fed) dans un rapport, citant l’inflation, la guerre en Ukraine ou encore les difficultés du secteur immobilier en Chine.

Publié le 9 mai
Agence France-Presse

« Les tensions en Europe liées à l’invasion russe de l’Ukraine ou sur les marchés émergents, ou qui pourraient provenir de la Chine ou être alimentées par des pressions inflationnistes, pourraient se propager aux États-Unis », souligne la Réserve fédérale (Fed) dans son rapport semi-annuel de stabilité financière.

« En outre, une inflation élevée et des taux d’intérêt en hausse aux États-Unis pourraient avoir une incidence négative sur l’activité économique intérieure, les prix des actifs, la qualité du crédit et les conditions financières de manière plus générale », est-il précisé.

Les crédits accordés aux ménages et aux entreprises restent fiables, relève l’institution, et les retards et défauts de paiements sont au plus bas depuis 20 ans.

Mais « la hausse de l’inflation, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les évènements géopolitiques en cours pourraient présenter des risques pour la capacité de certaines entreprises et ménages à rembourser leurs dettes ».

Le précédent rapport de stabilité financière avait été publié en novembre 2021, et, depuis, « l’incertitude s’est accrue concernant les perspectives économiques », indique la Fed.

L’institution avait alors pointé du doigt les risques pour la croissance mondiale posés par les difficultés du secteur immobilier en Chine, plombé par les déboires du géant Evergrande.

Six mois plus tard, le danger persiste, avertit la Fed, qui signale qu’« en Chine, les niveaux d’endettement sont élevés dans le secteur immobilier, où l’activité et les prix se sont nettement repliés l’an dernier ».

« Si ce ralentissement s’intensifie, ses effets […] pourraient être amplifiés par des confinements ou d’autres perturbations de l’économie dues à de nouvelles flambées des cas de COVID-19, de nouvelles restrictions réglementaires (y compris de nouvelles mesures pour freiner le secteur de la technologie), ou tout recul des échanges ou des investissements d’autres pays pour des motifs géopolitiques », alerte la banque centrale.

Ces tensions « pourraient mettre à rude épreuve les marchés financiers mondiaux […], affectant potentiellement les États-Unis », relève encore la Fed.