(Washington) Les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis sont reparties à la hausse la semaine dernière après avoir plongé, mais elles restent proches de leur niveau précédant la pandémie.

Publié le 2 déc. 2021
Agence France-Presse

Du 21 au 27 novembre, 222 000  personnes se sont inscrites au chômage pour recevoir une allocation, selon les données publiées jeudi par le département du Travail.

Les nouvelles demandes étaient tombées à leur plus bas depuis 1969 la semaine précédente avec 194 000 inscriptions, selon des données revues à la baisse.

Les analystes s’attendaient à une augmentation de plus grande ampleur pour la semaine écoulée, tablant sur 255 000 inscriptions.

Le président Joe Biden s’est d’ailleurs félicité dans un communiqué du fait que les nouvelles demandes restent relativement peu élevées, « une preuve supplémentaire de la solidité de la reprise économique historique des États-Unis et du retour au travail des Américains ».

« Les nouvelles demandes sont désormais en recul de plus de 70 % depuis que je suis devenu président et l’ensemble des inscriptions hebdomadaires est désormais en recul de 16 % par rapport à la même période », a insisté le locataire de la Maison-Blanche.

Le nombre total de bénéficiaires d’une aide qui est calculé avec deux semaines de retard, était de 2,306 millions personnes au 13 novembre, une légère hausse (+21 564) par rapport à la semaine précédente.

Pour Ian Shepherdson de Pantheon Macroeconomics, les variations importantes observées ces dernières semaines s’expliquent en grande partie par des ajustements saisonniers liés à la période des fêtes de fin d’année, propice à de brusques mouvements sur le marché du travail.

« Une fois que la poussière sera retombée, nous nous attendons à ce que les inscriptions restent en dessous de leurs plus bas niveaux atteints pendant le cycle précédent, aux alentours de 210 000 », précise l’économiste.

De nombreux analystes estiment que le taux de participation sur le marché du travail américain va augmenter dans les semaines à venir alors que de nombreuses entreprises ont besoin d’effectifs bien garnis pour faire face aux pénuries et aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Toutefois, prévient Rubeela Farooqi de HFE, « le retour des inquiétudes sanitaires fait peser un risque qui pourrait empêcher beaucoup de monde de retourner sur le marché du travail dans les prochains mois ».

Vendredi, le département du Travail publiera les chiffres de l’emploi et du taux de chômage aux États-Unis pour le mois de novembre.

Les analystes prévoient 525 000 créations d’emplois avec un taux de chômage en léger repli à 4,5 % contre 4,6 % en octobre.