(Washington) Les créations d’emplois privés ont augmenté plus que prévu en novembre aux États-Unis, mais elles sont inférieures à celles enregistrées au mois d’octobre, reflétant un marché de l’emploi qui évolue toujours en dents de scie en raison notamment des variants de la COVID-19.

Mis à jour le 1er déc. 2021
Agence France-Presse

Le mois dernier, 534 000 emplois privés ont été créés, selon l’enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP publiée mercredi. En octobre, 570 000 emplois avaient été créés, selon un chiffre légèrement révisé en baisse.

Le rapport complet sur l’emploi en novembre aux États-Unis sera publié vendredi.

« Les gains d’emplois (privés) enregistrés en novembre portent la moyenne sur trois mois à 543 000  emplois mensuels supplémentaires, soit une légère hausse par rapport au rythme observé plus tôt cette année », a souligné Nela Richardson, économiste en chef à ADP.

La reprise du marché du travail s’est ainsi poursuivie, mais le niveau d’emploi privé reste inférieur de 5 millions par rapport à ses niveaux d’avant la pandémie.

« Il est trop tôt pour dire si le variant Omicron peut ralentir la reprise de l’emploi dans les mois à venir », a également réagi l’économiste.

En novembre, c’est le secteur des services, le plus durement affecté par la crise provoquée par la pandémie, qui enregistre les créations les plus nombreuses (424 000).

Parmi les entreprises, ce sont celles ayant plus de 1000 employés qui ont créé le plus d’emplois (234 000), suivies des entreprises de taille moyenne de 50 à 499 employés (142 000) et des petites entreprises (115 000).

Omicron a été  signalée il y a tout juste une semaine à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Afrique du Sud. Cette nouvelle souche a été depuis identifiée en Europe, au Canada, au Brésil ou encore en Arabie saoudite et au Nigeria.