(Washington) Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont de nouveau grimpé aux États-Unis mi-septembre, pour la deuxième semaine de suite, surprenant les analystes qui s’attendaient à un recul, selon les données publiées jeudi par le département du Travail.

Agence France-Presse

Entre le 12 et le 18 novembre, 351 000 personnes se sont inscrites au chômage pour recevoir une allocation.

C’est 16 000 de plus qu’au cours de la semaine précédente, pour laquelle les chiffres ont été révisés en hausse, avec 335 000 nouvelles inscriptions, au lieu de 332 000.

Les analystes, eux, tablaient sur une baisse avec 318 000 nouvelles inscriptions.

Cette nouvelle hausse fait suite à celle de la semaine précédente, qui était liée au rattrapage des inscriptions non réalisées à cause de l’ouragan Ida, qui a frappé la Louisiane fin août.

Ce rebond inattendu des inscriptions est dû à « une combinaison de facteurs saisonniers défavorables (avec la fin de la période estivale, NDLR)  […] et des inscriptions provoquées par l’ouragan Ida mais retardées jusqu’à ce que le chaos se soit calmé », explique Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Economics.

Il doute, en revanche, que le variant Delta de la COVID-19 « soit une partie importante de l’histoire, car les cas augmentent depuis quelques mois, mais les inscriptions ont diminué » au cours de l’été.  

Selon l’économiste, la tendance « restera probablement à la baisse », mais la décrue sera lente à cause de « facteurs saisonniers » jusqu’en novembre. La préparation des fêtes de fin d’année sera alors propice à des embauches temporaires.

Le nombre total de bénéficiaires d’une allocation chômage, en revanche, est reparti à la baisse, et a même fortement diminué, avec 11,2 millions de personnes fin août (-856 440), selon les données les plus récentes disponibles, également publiées jeudi.