(Ottawa) De nouvelles données de la Banque du Canada révèlent que les intentions d’embauche des entreprises ont atteint un niveau record et que la confiance des travailleurs à trouver un emploi a presque rebondi aux niveaux d’avant la pandémie.

La Presse Canadienne

L’enquête sur les perspectives des entreprises indique que la plupart des entreprises à travers le pays et les secteurs prévoient faire des embauches au cours des 12 prochains mois, car elles anticipent une croissance des ventes plus rapide à mesure que les restrictions sont levées.

Cependant, l’enquête note que certaines entreprises des secteurs de services à fort contact comme les restaurants ne s’attendent pas à un retour à des effectifs d’avant la pandémie avant au moins les 12 prochains mois.

L’enquête de la banque centrale sur les attentes des consommateurs indique que près de la moitié des personnes interrogées qui ont perdu des heures ou des revenus à cause de la pandémie ont déclaré avoir plus de difficulté à trouver du travail dans leur domaine maintenant qu’il y a un an.

De plus, les deux cinquièmes des répondants au sondage auprès des consommateurs ne s’attendent pas à un retour rapide à un horaire de travail normal.

La banque centrale estime que l’amélioration de la confiance des entreprises et des consommateurs suit le rythme de la vaccination et de la réouverture de l’économie, mais ajoute que les résultats suggèrent également une sortie inégale de la pandémie pour le marché du travail du pays.

La trajectoire de l’économie devrait devenir beaucoup plus rose dans les semaines et les mois à venir, sous l’impulsion de fortes attentes en matière de dépenses de consommation.

Les ménages ont, en moyenne, grandement économisé pendant la pandémie, car leurs occasions de dépenser étaient moindres et que les subventions gouvernementales ont aidé financièrement les travailleurs les plus durement touchés.

Le nombre d’entreprises signalant une amélioration des indicateurs de ventes futures a atteint un niveau record dans l’enquête trimestrielle, ce qui, selon la banque centrale, était un autre « signal concret d’un renforcement généralisé de la demande par rapport à il y a un an ».

Les contraintes liées à la main-d’œuvre, telles que la recherche de travailleurs qualifiés ou spécialisés, sont susceptibles de persister. La banque centrale affirme également que certaines entreprises s’inquiètent des pénuries de main-d’œuvre limitant leur capacité à répondre à la demande actuelle.

L’enquête sur les attentes des consommateurs révèle que les répondants prévoyaient en moyenne de dépenser un peu plus d’un tiers de leurs économies excédentaires au cours des 12 prochains mois, principalement pour manger dans des restaurants et prendre part à des activités sociales.

Environ 10 % de ces fonds devraient également servir à verser un acompte sur un condominium ou une maison, tandis que les locataires en particulier prévoient d’en acheter, en raison des faibles taux d’intérêt, de la demande pour davantage d’espace et des attentes selon lesquelles les prix vont continuer à augmenter.

L’enquête de la banque indique que les quatre cinquièmes des personnes interrogées qui ont travaillé à domicile pendant la pandémie s’attendent à pouvoir continuer à le faire, ce qui pourrait exercer une pression à la hausse sur le marché immobilier et faire baisser la demande pour les espaces de bureau.