(Toronto) Les prix des maisons dans la région de Toronto ont continué de grimper en mars, tandis que les ventes ont pratiquement doublé par rapport au même mois l’an dernier, lorsque la propagation rapide de la COVID-19 a entraîné des fermetures économiques généralisées, a rapporté mardi la chambre immobilière du Grand Toronto.

Tara Deschamps
La Presse Canadienne

Les ventes dans la région ont atteint un record de 15 652 logements le mois dernier, en hausse de 97 % par rapport à la même période l’an dernier.

La croissance des ventes a été spectaculaire parce qu’elle se compare à mars 2020, lorsque les premiers effets économiques de la pandémie se sont manifestés et que les acheteurs et les vendeurs ont déserté le marché.

Leurs craintes se sont cependant dissipées depuis longtemps. Les agents immobiliers et les agences immobilières ont signalé une vague de ventes surpassant nombre de leurs prévisions les plus optimistes depuis le début de l’année.

Ils affirment que le nombre de personnes disposées à acheter maintenant contrebalancera, probablement avec un excédent, les creux de l’année dernière.

« La confiance dans la reprise économique et la faiblesse des coûts d’emprunt ont soutenu une cadence record pour les ventes de maisons le mois dernier », a affirmé la présidente de la chambre immobilière, Lisa Patel, dans un communiqué.

Au cours des 14 premiers jours de mars, 6504 ventes ont été enregistrées cette année, un chiffre en hausse de 41 % par rapport au nombre de ventes des deux mêmes semaines l’an dernier.

Pas moins de 9148 ventes ont été signalées entre le 15 mars et le 31 mars 2021, soit une augmentation de 174 % par rapport à cette période de mars 2020, marquée par la COVID-19.

Diviser le mois en deux est significatif : la première quinzaine de mars 2020 semblait relativement normale, mais les restrictions adoptées après la déclaration de la pandémie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 11 mars ont rapidement fait plonger les ventes de maisons.

Un an plus tard, le nombre de logements inscrits à la vente n’a pas rattrapé le nombre de personnes à la recherche d’une nouvelle habitation, ce qui a exercé une pression à la hausse sur les prix.

« Alors que l’activité robuste du marché témoigne de l’optimisme généralisé des consommateurs, elle met également en lumière le manque persistant de logements disponibles sur le marché de la région du Grand Toronto, ce qui a un impact sur l’abordabilité », a précisé Mme Patel.

Le prix moyen d’une maison dans la région a bondi de 21,6 % à 1097 565 $, contre 902 787 $ l’an dernier, tandis que les inscriptions ont grimpé d’environ 57 % pour atteindre 22 709, contre 14 434 un an plus tôt.

Les hausses de prix les plus spectaculaires ont été observées du côté des maisons individuelles, où le prix moyen a augmenté de 26,6 % pour atteindre 1402 849 $.

La maison jumelée moyenne a été vendue 1045 519 $, une hausse de 17,5 %, tandis que les prix des maisons en rangée ont grimpé de 20,7 % à 870 553 $.

Les copropriétés ont connu la plus faible croissance des prix. Le prix moyen des condos a grimpé de 2,6 % pour s’établir à 676 052 $.