(Washington) Les inscriptions au chômage ont continué d’augmenter aux États-Unis sur une semaine, à cause du ralentissement de l’activité due à la hausse sans précédent des cas de COVID-19 dans le pays, selon les données publiées jeudi par le département du Travail.

Agence France-Presse

Entre le 6 et le 12 décembre, 885 000 personnes se sont inscrites au chômage, soit 23 000 de plus que la semaine précédente, dont les données ont par ailleurs été révisées à la hausse. C’est une mauvaise surprise pour les analystes, qui s’attendaient à une baisse, à 795 000 nouvelles inscriptions.

Cette période de l’année est traditionnellement sujette à des ajustements à la hausse mais ces chiffres suggèrent que les licenciements se poursuivent.

Ils sont publiés au moment où le Congrès est toujours en discussion pour trouver un accord sur un nouveau plan de relance de l’économie comprenant des aides pour les entreprises et les ménages.

Le nombre total de bénéficiaires d’une allocation chômage continuait en revanche à reculer : ils étaient 5,5 millions entre le 29 novembre et le 5 décembre, selon les données également publiées jeudi, soit 273 000 personnes de moins que la semaine précédente.

Mais cette baisse est principalement due au fait que beaucoup de chômeurs arrivent en fin de droits, et basculent alors vers les programmes d’aide mis en place au printemps face à la pandémie, qui permettent de prolonger le bénéfice de ces allocations ou de les ouvrir à des personnes qui n’y ont habituellement pas droit, comme les indépendants.

Et au total, 20,7 millions d’Américains touchaient le chômage ou une de ces aides au cours de la dernière semaine de novembre, selon les dernières données disponibles, soit 1,6 million de plus que la semaine précédente.

Les prochaines semaines s’annoncent difficiles en l’absence d’un nouveau plan de soutien à l’économie car les aides supplémentaires face au chômage, mises en place au printemps, expirent au lendemain de Noël.

Si le Congrès s’accorde désormais sur la nécessité et l’urgence d’un nouveau plan de relance, il reste très divisé. Mais républicains et démocrates ont accéléré leurs négociations et un vote pourrait intervenir dans les prochains jours, afin d’éviter que des millions d’Américains se retrouvent sans revenu.

Car si le vaccin permet désormais de voir la lumière au bout du tunnel, il faudra des mois pour atteindre l’immunité collective, et d’ici là, la crise sanitaire continue de peser sur l’activité économique et « pose des risques considérables à moyen terme », a prévenu mercredi le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell.