(Washington) Le département du Commerce américain a confirmé mercredi son estimation de croissance historique du Produit intérieur brut (PIB) de 33,1 % en rythme annualisé.

Agence France-Presse

La première économie du monde était entrée en récession au deuxième trimestre avec un effondrement historique du PIB de 31,4 %, suivant une contraction de 5 % au premier trimestre, en raison de la paralysie de l’activité pour endiguer la pandémie de COVID-19.

Les pays n’utilisent pas tous le même mode de calcul pour le PIB, ce qui complique les comparaisons internationales.

Ainsi, les États-Unis privilégient l’évolution du PIB en rythme annualisé, qui le compare à celui du trimestre précédent puis projette l’évolution sur l’année entière à ce rythme.

La hausse du PIB américain est de 7,4 % si on prend en compte le mode de calcul d’autres économies avancées, comme la France, qui compare un trimestre sur l’autre corrigé des jours ouvrés.

Comparé au troisième trimestre de l’année dernière, le PIB est en baisse de 2,9 %, ce qui montre que l’économie américaine est loin d’être remise du choc provoqué par la pandémie.

Le fort rebond avait été notamment alimenté par le gigantesque plan de relance de 2200 milliards de dollars voté en mars par le Congrès pour aider ménages et entreprises à faire face à la pandémie. Mais la plupart des aides contenues dans ce plan de soutien ont expiré.

Économistes et patrons plaident pour un nouveau plan de relance, mais les discussions sont pour l’instant dans l’impasse au Congrès.